Les pays africains intensifient la lutte contre le Coronavirus pour contrer sa propagation rapide

Des cas signalés dans la moitié des pays africains

Avec 34 des 54 pays africains ayant signalé des cas, le Coronavirus (Covid-19) se répand rapidement sur le continent, a averti cette semaine l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Nous avons constaté une augmentation géographique assez rapide de la propagation du virus dans les pays, » a déclaré jeudi dernier la Directrice de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, lors d’une conférence téléphonique avec les journalistes.

Dans le même temps, les pays touchés intensifient leurs efforts pour détecter rapidement et contenir les cas. « Début février, par exemple, nous n’avions que deux laboratoires en Afrique du Sud et au Sénégal capables de diagnostiquer ce virus. Maintenant, nous avons 40 pays qui en ont la capacité, » a déclaré le Dr Moeti.

Le premier cas sur le continent a été détecté dès février en Égypte. Mais au 19 mars, un peu plus de 650 cas avaient été signalés, l’Égypte ayant le plus grand nombre avec 210, l’Afrique du Sud (150) et l’Algérie (82). Dix autres pays ont chacun un seul cas à ce jour.
Dans l’intervalle, l’OMS exhorte les pays africains à mettre en œuvre des stratégies de « dépistage et de recherche de cas ciblés » afin d’identifier rapidement les personnes susceptibles d’être infectées par la Covid-19. Cela signifie qu’il faut tester toute personne présentant des symptômes suggestifs et celles qui pourraient avoir été en contact avec une personne infectée.

Le nombre relativement faible de cas détectés en Afrique n’est pas nécessairement dû à une sous-déclaration de ces cas, a indiqué l’OMS, mais plutôt aux mesures de précaution, notamment les contrôles des flux de voyage, les quarantaines et la surveillance active des voyageurs mise en place par les pays africains plus tôt. En outre, les chercheurs étudient le schéma de propagation de la Covid-19 afin d’améliorer la gestion et la réponse.

Néanmoins, l’OMS affirme que les mesures de précaution, y compris le lavage des mains et la distanciation sociale, observées à l’échelle mondiale, devraient également être strictement observées dans toute l’Afrique, même si les problèmes d’eau et d’assainissement demeurent dans les zones rurales et que la distanciation sociale peut être difficile en raison des normes culturelles  « Nous devons réfléchir à ce que la distanciation sociale signifie pour les familles. Il se peut que nous pensions différemment, » a déclaré le Dr Moeti.

En réponse à la question de savoir si les pays, en particulier ceux qui comptent moins de 10 cas, devraient fermer les espaces publics, y compris les écoles, le Dr Moeti a déclaré : « il est sage de mettre en place ces mesures plus tôt que plus tard. »

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

PAR  FRANCK KUWONU