Les nouvelles variantes du COVID-19 alimentent la deuxième vague en Afrique


Lecture 3 min.
covid-19-new-1024x512

Les cas et les décès de COVID-19 augmentent en Afrique alors que de nouvelles variantes plus contagieuses du virus se propagent sur le continent comme partout. Le record mondial de décès en 24h des suites de l’épidémie de Coronavirus vient d’être battu, démontrant que le recul de la pandémie n’est pas encore entamée. Les variants sud-africain et anglais progressent rapidement dans de nombreux pays africains.

Plus de 175 000 nouveaux cas de COVID-19 et plus de 6 200 décès ont été signalés en Afrique la semaine dernière, tandis que les infections ont augmenté de 50% sur le continent entre le 29 décembre 2020 et le 25 janvier 2021 par rapport aux quatre semaines précédentes. Au cours de la semaine dernière, il y a eu une légère baisse des cas en Afrique du Sud, mais 22 pays continuent de voir leur nombre de cas progresser. Les décès ont été multipliés par deux au cours de la même période de quatre semaines, avec plus de 15 000 décès concentrées dans 10 pays principalement d’Afrique australe et septentrionale.

La variante 501Y.V2, identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, est prédominante et alimente un nombre record de cas en Afrique du Sud et dans la sous-région. Il a été trouvé au Botswana, au Ghana, au Kenya, dans la région française de l’océan Indien à Mayotte, en Zambie et dans 24 pays non africains.

«La variante qui a été détectée pour la première fois en Afrique du Sud s’est rapidement répandue au-delà de l’Afrique et ce qui me tient éveillé la nuit en ce moment, c’est qu’elle circule très probablement dans un certain nombre de pays africains», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, l’Organisation mondiale de la santé (OMS ) Directeur régional pour l’Afrique.

Le variant initialement détecté au Royaume-Uni a été trouvé en Gambie et au Nigéria. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si la nouvelle souche provoque une maladie plus grave.

L’OMS s’emploie à suivre et à lutter contre les nouvelles variantes en aidant les pays à renforcer et à renforcer les capacités complexes de surveillance génomique nécessaires pour détecter et répondre aux nouvelles variantes, expédier des échantillons aux laboratoires de séquençage et fournir des fournitures et des conseils techniques.

Avec les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, l’OMS a aidé à mettre en place un réseau de laboratoires de séquençage génomique du COVID-19 avec des laboratoires en République démocratique du Congo, en Gambie, au Ghana, au Kenya, au Nigéria, au Sénégal, en Afrique du Sud et en Ouganda.

L’OMS appelle tous les pays à expédier au moins 20 échantillons aux laboratoires de séquençage chaque mois pour aider à cartographier la situation en évolution rapide et les meilleures réponses cibles à tous les niveaux.

«En plus des nouvelles variantes, la fatigue du COVID-19 et les conséquences des rassemblements de fin d’année risquent d’alimenter une tempête parfaite et de faire monter la deuxième vague d’Afrique et les établissements de santé écrasants», a déclaré le Dr Moeti. «L’Afrique est à la croisée des chemins. Nous devons nous en tenir à nos armes et doubler les tactiques dont nous savons qu’elles fonctionnent si bien. C’est le port de masque, le lavage des mains et une distance sociale sûre. D’innombrables vies en dépendent.

Face à une deuxième vague d’infections, les pays africains doivent intensifier les tests, l’isolement des contacts et le traitement des patients, ainsi que renforcer les mesures de prévention éprouvées.

«Notre objectif commun est de devancer le virus. Malheureusement, le voyage sera plus long, plus difficile et beaucoup plus coûteux en l’absence d’engagements cohérents de l’ensemble de la société pour bloquer l’infection », a déclaré le Dr Moeti.

Le Dr Moeti a pris la parole lors d’une conférence de presse virtuelle aujourd’hui facilitée par APO Group. Elle a été rejointe par le professeur Tulio de Oliveira, directeur de la plateforme de séquençage de la recherche et de l’innovation du KwaZulu-Natal, Université du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, et le Dr Amadou A Sall, directeur de l’Institut Pasteur de Dakar au Sénégal.

YouTube video

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter