Les Nigériens invités à cesser d’être les misérables de la planète

Le Premier ministre du Niger, Hama Amadou, a appelé ses compatriotes à cesser de se considérer comme les misérables de la planète, estimant qu’une telle option « dépend des Nigériens eux-mêmes et de personne d’autre ».

Selon le Premier ministre, M. Hama Amadou, qui s’exprimait dans un message à la nation consacré à son programme politique, le Niger devrait faire, dans les trois années à venir, de grands pas en avant grâce aux efforts du gouvernement qui entend apporter des réponses adaptées aux difficultés que vivent les populations.

« Nous sommes sur de grands projets. L’irrigation par exemple est en bonne voie et nous pensons qu’en 2007, nous mettrons en place tout le processus qui nous permettra encore de mobiliser des ressources pour 20.000 autres hectares de manière à ce que l’engagement pour l’irrigation pour les trois années à venir soit respecté »,a-t-il indiqué.

Dans le domaine de la santé, il a annoncé pour 2007 la mise en place de mutuelles de santé au profit des fonctionnaires de l’Etat ainsi que des paysans à travers leurs coopératives et leurs groupements. « Ces mutuelles permettront la prise en charge réelle des personnes au niveau de centres de santé et la réduction des difficultés d’accès aux soins de santé », a-t-il estimé.

Le Niger classé dernier dans les rapports du PNUD depuis 1984

Le Niger connaît depuis cinq ans une certaine amélioration de son taux de couverture sanitaire, qui est passé de 42% en 2001 à plus de 50% en 2006 grâce à la construction d’environ 1.000 cases de santé, ainsi qu’à la mise à niveau des grandes structures sanitaires existantes.

L’accroissement du taux de couverture sanitaire a eu pour impact une amélioration substantielle de nombreux indicateurs tels que le taux de mortalité infanto-juvénile, la lutte contre les maladies endémiques, dont la polio et toutes les affections handicapantes.

Se prononçant sur le rapport 2006 du PNUD, Hama Amadou s’est dit surpris de constater que le Niger, qui a connu sept années de stabilité et d’efforts, soit régulièrement classé dernier depuis 1984 « alors qu’il y a de très nombreux pays qui connaissent aujourd’hui des situations de guerre, des situations de panne économique et sociale, des pays qui, depuis dix ans, n’ont connu aucune croissance, aucun progrès ».

Pour 2007, M. Amadou souhaite un Niger paisible, un pays où il fait bon vivre. « Il faut que tous les Nigériens de tous les bords politiques et religieux sachent que c’est de nos efforts communs que nous ferons du Niger un pays où il fera bon vivre », a-t-il affirmé.