Les Nations Unies expriment leurs vives inquiétudes quant à la situation des 36 migrants présents dans la zone frontalière entre la Tunisie et la Libye

Image d'illustration

Le système des Nations Unies en Tunisie est informé qu’un groupe de 36 migrants de nationalité ivoirienne, y compris des enfants en bas âge et onze femmes, dont une enceinte, aurait été transféré par les autorités tunisiennes le 4 aout 2019, depuis Sfax vers la zone frontalière entre la Tunisie et la Libye.

Depuis lors, aucun contact n’est possible entre ce groupe et les organisations humanitaires.  Le communiqué des Nations Unies est clair : « nous exprimons nos vives inquiétudes quant à la situation sanitaire et aux conditions de subsistance de ces personnes. Nous sommes également préoccupés par le risque que ces personnes soient transférées en Libye, pays en situation de conflit, où les conditions de leur sécurité ne seraient plus assurées. »

Le système des Nations Unies est en contact avec les autorités tunisiennes sur cette situation et appelle à un transfert de ces personnes vers un lieu sûr en Tunisie dans les meilleurs délais, conformément aux principes de base de l’action humanitaire.  « Le système des Nations Unies est à la disposition de la Tunisie pour l’appuyer face à cette situation humanitaire urgente et pour aider à trouver des solutions pérennes pour ces migrants. »