Les Manufactures Sénégalaises des Arts Décoratifs à l’heure de la diplomatie culturelle

Les Manufactures Sénégalaises des Arts Décoratifs de Thiès, qui constituent une référence dans la production artistique et dans le développement des industries culturelles et créatives en Afrique ont vibré au rythme de la démocratie culturelle. Et pour cause, l’institution vient de recevoir la visite du corps diplomatique accrédité au Sénégal.

C’est au pas de charge que les Ambassadeurs accrédités au Sénégal, ont visité les différents ateliers des Manufactures Sénégalaises des Arts Décoratifs (MSAD) de Thiès. C’était pour découvrir le processus de fabrication des belles œuvres qui y sont fabriquées et dont certaines ornent les grandes institutions nationales et internationales. De la céramique à la salle d’exposition, en passant par le cartonnage, la basse lice, etc., les diplomates ont passé au peigne fin cette institution culturelle unique en son genre en Afrique, et qui a beaucoup contribué au rayonnement artistique et culturel du Sénégal, à l’étranger.

Lors de cette visite qui a pris les allures d’un cadre de promotion de la diplomatie culturelle, les Ambassadeurs ont eu le privilège de procéder à la levée de deux tapis de prière. Cette caravane des Ambassadeurs s’est tenue sous la conduite d’Abdoulaye Diop, ministre de la Culture et de la Communication. Selon lui, au début, c’était la Manufacture Nationale de Tapisserie (MNT), créée par Léopold Sédar Senghor, au lendemain de l’indépendance du Sénégal. Et la structure a été inaugurée le 4 décembre 1966, après le premier Festival mondial des Arts Nègres. Il ajoute que « sa vocation première était de fabriquer des œuvres d’art sous formes de tapisseries et de tenture à usage de décoration murale ou d’ameublement ».

C’est ainsi qu’après une décennie de fonctionnement la MNT s’est imposée au-delà des frontières sénégalaises avec des œuvres de qualité et de belles tapisseries. Aujourd’hui, avec l’avènement des Manufactures Sénégalaise des Arts Décoratifs (MSAD), créées par la loi 73-61 du 19 décembre 1973), pour renforcer les acquis de l’entreprise, la notoriété des tapisseries a atteint les hautes sphères du monde. C’est ainsi que des tapisseries fabriquées dans les ateliers de Thiès décorent les institutions nationales comme les ministères et autres services de l’administration.

Elles trônent dans les institutions internationales comme le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale, l’Organisation des Nations Unis (ONU) avec la présence en bonne place la tapisserie, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), etc.

Il s’y ajoute que les œuvres des Manufactures Sénégalaise des Arts Décoratifs sont aussi visibles dans des palais royaux à travers le monde, dans des palais présidentiels et autres édifices prestigieux comme des aéroports internationaux. De l’avis du ministre de la Culture, en homme politique très avisé, le Président Senghor avait fait des manufactures « un instrument de diplomatie, en offrant à ses hôtes de marque, les tapisseries fabriquées dans les ateliers ». Dans ce cadre dit-il, les Manufactures de Thiès étaient un passage obligé pour les hôtes de marque du Président de la République.

C’est ainsi qu’il a été noté les visites, entre autres, de l’Empereur du Japon Hiro Hoto alors prince hériter, de Félix Houphouët Boigny, François Tombalbaye, Mobutu Sessé Séko, Sékou Touré, etc.  « En invitant les diplomates en poste au Sénégal, j’ai voulu magnifier la qualité des relations qui unissent nos différents pays mais aussi, perpétuer cette tradition de visites officielles, pour faire découvrir aux hôtes de marque que vous êtes, le circuit de fabrication des produits », a déclaré le ministre de la Culture