Les Kenyanes à la découverte du plaisir sexuel

La première et unique sexologue du Kenya fait parler d’elle. Dans un pays où l’érotisme et la libido restent des sujets tabous, le bureau de Gertrude Mungai ne désemplit pas. L’experte en sexologie propose une panoplie de sex toys et enseigne, entre autres, l’art du Kama Sutra. Elle vient de sortir le DVD « Femme moderne sexy ».

Être actives, sexuellement épanouies et bonnes épouses… Ce sont les nouveaux objectifs des femmes kenyanes. Gertrude Mungai les aide à les atteindre. La sexologue, 35 ans, mariée et mère de deux enfants, a ouvert son cabinet à Nairobi, en 2005, afin d’enseigner l’art de bien faire l’amour. Elle vient de sortir un DVD intitulé Femme moderne sexy, qui livrent ses conseils experts.

Afrik.com : Vous êtes sexologue au Kenya, pourquoi avez-vous souhaité faire ce métier?

Gertrude Mungai :
Après plusieurs témoignages d’amies lors d’une fête il y a sept ans, je me suis rendue compte que la plupart des femmes était rarement satisfaite de leur relation intime avec les hommes. Beaucoup d’entre elles considèrent que le mariage est une forme d’esclavagisme et que le sexe ne sert qu’à la procréation. Seul l’homme prendrait son plaisir. Je devais faire quelque chose pour les aider. Je leur enseigne alors à être de bonnes épouses, amantes et femmes d’affaires. C’est juste une question d’équilibre.

Afrik.com : Comment avez-vous acquis vos connaissances?

Gertrude Mungai :
Je suis née sur la côte kenyane et j’ai été élevée dans la culture swahili. Là-bas, ce sont les femmes les plus âgées qui enseignent aux jeunes filles, dès la puberté, les réalités concernant la sexualité. En se mariant, les jeunes générations n’ont pas de surprise! J’ai ainsi acquis une connaissance traditionnelle africaine qui fait de mon mariage une véritable réussite. Je me suis aussi penchée sur l’art du Kama Sutra et sur les secrets du Moyen Orient. J’ai beaucoup voyagé pour rencontrer d’autres sexologues.

Afrik.com : Quelles sont les personnes qui vous consultent?

Gertrude Mungai :
Ce sont surtout des femmes de la classe moyenne qui vivent à Nairobi. Mais j’ai déjà donné des cours gratuits dans des régions rurales dans le but de faire évoluer les mœurs. La cliente la plus âgée avait 58 ans! Les femmes mariées qui veulent découvrir le plaisir sexuel sont les plus intéressées par mes consultations. Je propose aussi des thérapies de couple et des cours spéciaux pour les hommes.

Afrik.com : Comment se déroule vos séances pour les femmes?

Gertrude Mungai :
Éduquer une femme, c’est éduquer une nation entière. Mes séances sont diversifiées. Conseils et pratiques sont au programme. J’enseigne l’art de faire l’amour en montrant comment utiliser des boules de geisha ou encore comment mieux bouger les hanches pour faciliter la pénétration. Avec le temps, on parvient à s’amuser et à essayer diverses positions du Kama Sutra.

Afrik.com: Et pour les hommes?

Gertrude Mungai :
J’explique aux hommes l’anatomie génitale féminine et comment stimuler les points chauds. J’insiste beaucoup sur l’importance des préliminaires pour que les femmes puissent atteindre le plaisir. J’essaye d’expliquer qu’une femme satisfaite est plus affectueuse. Les résultats sont concluants car certaines disent avoir eu des orgasmes multiples.

Afrik.com : Vous tenez aussi une boutique. Que vendez-vous?

Gertrude Mungai :
Des nuisettes, huiles de massage, divers sex toys et des préservatifs. Mon DVD, Modern sexy woman (Femme moderne sexy) est la dernière nouveauté.

Afrik.com : Êtes-vous engagée dans la lutte contre le sida?

Gertrude Mungai :
Au Kenya, surtout entre les couples mariés, on ne parle pas ouvertement de sexualité. Or, ce manque de communication est la cause principale d’infidélité et de propagation du VIH. Les gens devraient utiliser des préservatifs à chaque fois. Cette utilisation ne rend pas forcément le sexe ennuyeux!

Afrik.com : Pensez-vous lutter contre les tabous du pays?

Gertrude Mungai :
C’était d’abord un vrai défi. Mon entourage m’a encouragée à faire ce métier malgré certains regards réprobateurs. Je pense que les vieilles cultures et tabous tendent à céder, la société africaine étant au carrefour des traditions et du 21ème siècle. De plus en plus de femmes gagnent mieux leur vie que les hommes et se marient principalement pour l’amour plus que pour la sécurité financière. Mon enseignement est possible grâce à toutes ces évolutions. Jusqu’alors, plus de 5000 femmes sont venues me voir. Mon DVD a même été approuvé par le gouvernement.

Afrik.com : Pour vous, quels sont les meilleurs amants du monde?

Gertrude Mungai :
Les Ougandais. Ils m’ont appris beaucoup de choses.

 Plus de renseignements sur son site : Tetezzo.net