Les Ivoiriens au mondial de torball

La Côte d’Ivoire sera l’unique représentante de l’Afrique, du 30 juillet au 6 août prochain en Suisse, à la coupe de monde de torball. Particularité de ce sport, il est pratiqué par les non-voyants.

Pour la première fois dans l’histoire du torball, l’Afrique, par le biais de Côte d’Ivoire, prendra part à la coupe du monde, qui va se jouer en Suisse, à partir de lundi prochain. L’équipe ivoirienne se est formée par des étudiants de l’Institut des aveugles de Yopougon.

Méconnu du public africain en général, le torball est un jeu de boule développé pour les aveugles et les mal voyants. En Côte d’Ivoire, le torball est pratiqué depuis deux ans mais le manque de financement et de structures adéquates pour les entraînements sont des obstacles à une réelle professionnalisation. Malgré tout, l’entraîneur de l’équipe ivoirienne tente de motiver les troupes. Les préparatifs vont bon train.

Principe du jeu

Né en Allemagne (et non en Angleterre ou aux US comme le pensent certains), le torball est un sport de main, populaire en Argentine, en Belgique, en France, en Allemagne, en Suisse mais aussi dans les pays d’Europe centrale et d’Amérique latine.

C’est un sport intensif d’équipe joué en gymnase sur un terrain rectangulaire de 16 m de longueur et de 7 m de largeur. Sur le terrain, il doit y avoir trois joueurs par équipe et trois remplaçants au maximum. Il se pratique avec un ballon de la taille d’un ballon de volley-ball contenant de la grenaille de fer, ce qui le rend sonore. Le but du jeu est de faire pénétrer le ballon dans la cage adverse, qui mesure 1.30 mètre de haut et qui couvre toute la largeur du terrain.

Le jeu comporte deux phases : l’attaque et la défense, qui se succèdent très rapidement, pendant les 10 minutes (2 fois 5 mn) de match. Le but étant de marquer le plus grand nombre de buts au cours des deux mi-temps.

Pour cette première participation, les Eléphants ont bien l’intention  » (…) d’arracher la médaille d’or « , a déclaré l’entraîneur de l’équipe, Hué Jean Fidèle Tapé à nos confrères du journal ivoirien,  » Notre voie « .

Tout ceci, sous réserve qu’ils arrivent à réunir les fonds nécessaires à l’achat des billets d’avion qui les mèneront en Suisse.