Les hydrocarbures algériens en haute mer

La société pétrolière algérienne, la Sonatrach a confié à l’Américain FMC Sofec la réalisation d’infrastructures portuaires spéciales dédiées aux hydrocarbures. Le contrat qui s’éléve à 239 millions de dollars devrait permettre à l’Algérie de doubler ses capacités d’exportations.

La Sonatrach, société pétrolière algérienne, a confié ce samedi à l’Américain FMC Sofec la réalisation d’infrastructures portuaires spéciales dédiées aux hydrocarbures. Le contrat concerne la construction de cinq postes de chargement d’hydrocarbures liquides en haute mer sur trois sites. Deux installations sont prévues au port d’Arzew, près d’Oran ainsi qu’à celui de Skikda, et une au port de Béjaïa. Le coût total de ces sea-lines, dont la livraison est prévue dans 24 mois, est de 239 millions de dollars.

Doubler les capacités

 » Sonatrach pourra désormais disposer d’un ensemble d’installations portuaires, les unes classiques et les autres en haute mer dont elle veillera à assurer une exploitation et une gestion optimale (…) pour faire face aux flux croissants générés par les développements en cours et à venir « , a déclaré Chakib Khelil, qui assure la double fonction de ministre de l’Energie et des mines et de Président-Directeur général de la Sonatrach. Les ports algériens qui, jusque là, ne sont aptes à recevoir que des pétroliers dont la capacité ne dépasse pas les 120 000 tonnes vont désormais pouvoir accueillir des navires d’une capacité de chargement de 300 000 tonnes.

La réalisation des ces infrastructures vise en outre à porter les capacités de transport et d’évacuation des hydrocarbures au niveau des capacités de production de la Sonatrach estimées à 1,5 millions de barils par jour a l’échéance de 2004-2005. Sans oublier que ces sea-lines vont permettre de doubler d’ici la fin 2004 la capacité d’exportation des ports pétroliers algériens. Elle s’élèvera à 220 millions de tonnes par an alors qu’elle ne dépasse pas les 110 millions aujourd’hui. A l’heure où le quota de production de pétrole de l’Algérie a été porté par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole à 735 000 millions de barils/jours, contre 693 000 auparavant, la Sonatrach a de quoi se réjouir.

Lire aussi :

Les mauvais élèves de l’Opep.