Les handballeuses camerounaises privées de Mondial ?

Faute de financement, la sélection camerounaise de handball risque de ne pas participer au XVIIe championnat mondial féminin qui aura lieu du 5 au 9 décembre 2005 à Saint-Pétersbourg, en Russie. C’est la première fois que cette sélection est qualifiée à une phase finale de ce championnat.

Par Vitraulle Mboungou

Classée deuxième à la dernière Coupe d’Afrique des nations (Can) en 2004, l’équipe camerounaise de handball féminin, les Dames de Tonnerre, a été qualifiée pour participer au championnat du monde de handball qui se déroulera à Saint-Pétersbourg, en Russie, du 5 au 9 décembre 2005. Mais les vaillantes handballeuses ne sont pas assurées d’y aller car le budget alloué par le gouvernement n’est pas suffisant et ne reflète pas les exigences de cette compétition. L’équipe, qui s’attendait à recevoir environ 400 millions de Fcfa pour assurer sa participation au championnat, n’a réussi à obtenir que 50 millions.

Le ministère des Sports et de l’Education physique, par le biais de son secrétaire général, a affirmé ne pas pouvoir débloquer plus d’argent car « l’Etat camerounais est harcelé par les bailleurs de fonds, à qui il doit 44 milliards de Fcfa ». Il considère que les 50 millions que l’Etat a bien voulu verser à la Fédération camerounaise de handball (Fécahand) « doit être apprécié à sa juste valeur ». « Cette décision a été prise en concertation avec le ministère des Finances et de l’Economie, sous la direction du cabinet du Premier ministre », a-t-il ajouté. Il a également insisté sur le fait qu’il existe 39 fédérations au Cameroun, et que chacune d’elle souhaite chaque année sortir du territoire pour participer aux différentes manifestations sportives internationales sans tenir compte des contraintes financières de l’Etat. Il a ajouté par ailleurs avoir reçu récemment le président de la Fécahand, qui lui a assuré comprendre parfaitement les problèmes financiers auxquels l’Etat devait faire face. Le ministère de l’Economie et des Finances n’a pas souhaité quant à lui réagir, jugeant « le sujet trop sensible ».

Une somme insuffisante

De son côté, Jean Colbert Nsegbe, secrétaire général de la Fécahand juge cette somme très insuffisante car elle couvre seulement l’achat des billets d’avion. Il a affirmé : « Au train où vont les choses, nous sommes prêts à accepter la moitié de la somme demandée au départ, à savoir 250 ou 300 millions de Fcfa ». Cet argent devra couvrir les frais de participation au championnat, en particulier les frais d’accréditation et d’équipements sportifs. « Je peux comprendre que le gouvernement ait des problèmes financiers, mais il doit à son tour penser à toute cette jeunesse qui s’est battue durement pour participer à ce championnat », a-t-il ajouté. A un mois de l’événement, le Cameroun n’a toujours pas confirmé sa participation au Comité d’organisation du championnat russe. Le délai de confirmation est dépassé depuis le 25 juillet 2005. En attendant, l’équipe continue à s’entraîner malgré le (très) peu de moyens dont elle dispose, notamment en matière d’équipements sportifs.

Au printemps dernier déjà, les deux clubs de handball camerounais ont dû renoncer, pour les mêmes raisons, à participer à la 21e Coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de coupes qui s’est tenue à Fès, au Maroc. A l’époque, Mr Nsegbe, très remonté contre les responsables du mouvement sportif national, s’était exprimé ainsi : « Comment pouvez-vous vous imaginer que le Premier ministre donne l’ordre de nous aider, mais qu’il y a des gens qui s’y opposent, on ne sait pourquoi ? » Résultat, le Cameroun est aujourd’hui dans l’obligation de payer une amende de 32 millions de Fcfa avant la participation aux prochaines compétitions, notamment la championnat du monde.