Les fruits de la solidarité

Le Croissant Rouge reconduit à l’occasion du Ramadan la traditionnelle Meidet El Hillel, la soupe populaire. Pendant 30 jours, l’ONG la plus implantée sur le territoire algérien va mettre les bouchées doubles dans un pays encore meurtri par les séismes du printemps dernier.

Le jeûne chez les SDF est souvent forcé et il dure toute l’année. Le Croissant Rouge algérien reconduit donc la traditionnelle opération du Meidet El Hillel, la soupe populaire du Ramadan, à travers tout le territoire, notamment dans les régions sinistrées par les tremblements de terre de mai dernier. L’action du Croissant Rouge est primordiale auprès des populations démunies, car son réseau est efficace et étendu avec 268 restaurants et 1,4 millions de repas chauds distribués dans l’année.

Les sept premiers jours du Ramadan, 29 520 repas ont été offerts dans la wilaya (préfecture) d’Alger dans huit restaurants. Autant qu’à l’accoutumée. Des milliers de paniers garnis ont été distribués aux nécessiteux pour qu’eux aussi puissent manger une chorba. C’est la face visible de l’iceberg. En effet, les bénévoles s’investissent aussi dans des actions où ils partagent des moments chaleureux avec 5 600 malades hospitalisés durant le Ramadan. Ils conseillent également les familles qui souhaitent pratiquer la circoncision le 27e jour du jeûne, en partenariat avec le ministère de la Santé.

Une aide ciblée

Dans les zones sensibles, toujours marquées par les tremblements de terre comme Boumerdès, certaines familles vivent encore sous les tentes en attendant d’être relogées avant l’hiver. « Pour elles, nous avons un programme de cuisines mobiles. Mais nous sommes présents depuis les événements avec une assistance médicale localisée sur chaque site », précise M. Badouna, Président du Croissant Rouge algérien par intérim.

« Nous n’avons pas recruté plus de bénévoles pour la période du Ramadan, tout simplement parce qu’ils sont déjà assez nombreux », explique le responsable du Croissant Rouge d’Alger. « C’est surtout pendant les séismes que de nombreux bénévoles se sont portés volontaires, mais peu à peu, les choses sont rentrées dans l’ordre. » Le bel élan de solidarité des Algériens s’inscrit donc dans le temps et pas seulement en période de Ramadan.