Les femmes prennent la balle au bond

Hurgada (Egypte) accueille la 5ème édition du Grand Prix féminin de squash. Pour la première fois dans l’histoire de la compétition, une Egyptienne prendra part aux réjouissances. Une participation symbolique face au top 8 mondial dominé par les Anglaises.

Hurgada, station balnéaire égyptienne du bord de la Mer Rouge, n’accueille pas que des touristes. Elle reçoit aussi des sportifs. Du 29 mars au 2 avril, la ville est en effet l’hôte de la 5ème édition du Grand Prix féminin de squash. En tant que pays organisateur, l’Egypte a eu droit à une dérogation de la Wispa (Association internationale des joueuses professionnelles de squash) pour faire participer au tournoi son espoir de la discipline, Omniya Abdel-Qawi, qui ne figure pas dans le top 20 du classement mondial. C’est une première. La jeune fille, tout juste âgée de 16 ans, est classée 22ème.

Elle a encore le temps de s’améliorer. Car force est de constater que les joueuses qui dominent la discipline ont déjà un âge avancé… L’Australienne Carol Owens (qui défend les couleurs de la Nouvelle-Zélande), favorite de la compétition, a 30 ans. Fiona Geaves (Grande-Bretagne), 5ème mondiale et joueuse la plus expérimentée du top 8, a 34 ans et l’Anglaise Suzanne Horner, 9ème mondiale, 39 ans.

Les hommes au placard

A noter aussi, la forte présence des Anglaises. Dans le top 8, elles sont six, aux côtés d’une Hollandaise et d’une Australienne. Le tournoi, qui se jouera sous forme de poules, verra donc s’affronter les favorites : Carol Owens, tête de série n°1, trois fois finaliste et une fois demi-finaliste du Grand Prix et Cassie Campion, ancienne n°1 mondiale et championne du monde.

Cette année, les hommes seront les grands oubliés de la compétition, par manque de moyens financiers. Il leur faudra attendre l’Open d’Al-Ahram qui se dispute tous les ans au mois d’août. Pour les femmes, ce Grand Prix d’Hurgada ressemble fort à un test, prologue au British Open qui aura lieu du 6 au 19 avril prochain.