« Les femmes en tenues indécentes cherchent à se faire violer », selon un ministre ougandais

En une déclaration, Ronald Kibuule, le ministre ougandais de la Jeunesse a réussi à se faire connaître des internautes, surtout ceux de son pays, qui ont relayé l’information sur Twitter. Pour lui, les femmes qui portent des tenues indécentes cherchent aussi à se faire violer. La toile s’est déchaînée, suscitant une indignation totale.

Le ministre ougandais de la Jeunesse se fait avocat du diable. En tout cas, à lire les commentaires des Twittos, aucune doute que le ministre s’est attiré les foudres de la population ougandaise, à commencer par la jeunesse qu’il est censé protéger. En appelant la police à examiner le mode vestimentaire des victimes de viols avant de procéder à l’interpellation des violeurs, le ministre s’est attiré tous les projecteurs, et de la mauvaise manière.

Dis-moi comment tu t’habilles je te dirai qu’elle femme tu es

Selon le ministre Ronald Kibuule, les femmes qui portent des tenues légères et provocatrices cherchent à se faire violer. Les suspects qui ont violé ces femmes devraient donc être libérés. Une honte selon les féministes et une large majorité de la population ougandaise qui se sont fait entendre sur internet. M. Kibuule soutient que dans les cas de viol, la police devrait d’abord vérifier la tenue vestimentaire des victimes. Si elles étaient habillées indécemment, elles devraient être également accusées d’incitation au crime.
C’est dans le comté de Kajara, district de Ntugamo, que Kibuule a tenu, le 21 septembre dernier, ces propos parus dans le journal ougandais Daily Monitor, trois jours après. L’info s’est aussitôt propagée sur la toile attirant les foudres des Twittos.

Kibuule convoqué par le Parlement

Constatant la proportion qu’ont pris ces déclarations, le Parlement ougandais a convoqué le ministre à comparaître pour expliquer ses propos. Les Twittos ougandais ne décolèrent pas. Kibuule connait un acharnement colérique, entre ceux qui réclament sa démission et ceux qui profèrent des insultes. Une pétition réclamant sa démission est lancée sur Change.org.

Pour sa phrase malheureuse Kibuule encouragerait le viol des femmes, et excuserait les violeurs pour leurs crimes. Nombreux parient sur la prochaine éviction du gouvernement de ce ministre qui ne représenterait pas le bien-être de ses concitoyens et de sa jeunesse.