Les ex-rebelles touaregs rendent les armes

La médiation algérienne entre le gouvernement malien et les rebelles touaregs a été couronnée, hier, par la remise d’environ 2.000 ex-rebelles de leurs armes emportées lors des attaques du 23 mai 2006 qui avaient ciblé trois camps militaires dans le nord et l’est du Mali.

Des milliers d’armes de différents calibres et cinq véhicules tout-terrain ont été remis par les ex-rebelles touaregs à des «facilitateurs» algériens, dont l’ambassadeur d’Algérie au Mali, M. Abdelkrim Ghraieb, dans la ville de Kidal située au nord-est du Mali.

La remise des armes par les ex-rebelles touaregs a été possible grâce à une médiation de l’Algérie qui a réussi à convaincre les deux parties adverses de signer un accord de paix en juillet dernier. L’accord qui prévoit le désarmement des rebelles touaregs et leur réinsertion totale a été concrétisé suite à un accord conclu le mois dernier à Alger. Le gouvernement malien a promis d’améliorer les conditions de vie difficiles des Touaregs de cette région désertique en contrepartie ces derniers se sont engagés à abandonner définitivement leurs ambitions d’autonomie.

Ces quelque 2.000 ex-rebelles touaregs ont été répartis en trois groupes, selon des sources locales citées par l’AFP. Environ 180 ex-rebelles qui avaient déserté l’armée malienne en 2006 seront réintégrés immédiatement dans leurs postes alors que 420 autres devront patienter pour être recrutés entre 2007 et 2008. Le reste des ex-rebelles au nombre de 1.500 vont bénéficier d’aides de l’Etat malien et des partenaires internationaux pour faciliter leur retour à la vie civile.

L’Algérie satisfaite de cette issue

Au cours de la cérémonie de la remise des armes, le chef de l’ex-rébellion touarègue Iyad Ag Ghali a déclaré « solennellement qu’il n’y a plus un seul combattant à Tigharghar », sanctuaire des ex-rebelles situé près de la frontière algérienne. De son côté, le ministre malien de l’Administration territoriale, le général Kafougouna Koné, s’est réjoui de «la réconciliation entre des frères », alors que « place est faite au développement ».

L’Algérie s’est réjouie de la remise des armes et du retour à Kidal des éléments de l’alliance démocratique du 23 mai pour le changement. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, indique un communiqué du département de Bedjaoui, « accueille avec satisfaction l’organisation ce jour (hier, NDLR), sous son égide en qualité de facilitateur, de la cérémonie qui a vu la restitution au gouvernement malien des armes enlevées lors des événements du 23 mai 2006 ».

Selon le même communiqué, « cet acquis vient couronner les discussions fructueuses entre les deux parties sur l’adoption du calendrier de mise en oeuvre des mesures prioritaires arrêtées le 20 février dernier à Alger ». « L’Algérie, indique encore le ministère des Affaires étrangères, tient à rendre un hommage appuyé aux deux parties pour leur contribution au triomphe du dialogue et de la réconciliation et les félicite pour leurs efforts sincères et la volonté qui les anime dans ce processus. »

Par Sofiane M., pour Le Quotidien d’Oran