Les entreprises sud-africaines, victimes des hackers

Les professionnels sud-africains souffrent des visites de pirates informatiques. Selon une étude de l’entreprise Symantec, société américaine de services informatiques, 40 % de ces entreprises en ont été victimes, au moins une fois, sur leur réseau interne.

La société américaine de services informatiques, Symantec, a effectué une étude concernant les réseaux Internet des entreprises sud-africaines. Leur conclusion est édifiante, 40 % de ces sociétés ont été, au moins une fois, victimes de hackers.

L’étude qui a porté sur trois cents services de sécurité informatique internes a montré que 93 % des réseaux sont accessibles par des utilisateurs extérieurs à l’entreprise. Mais, sur ces 93 %, seuls 15 % d’entre eux possèdent des logiciels pour se protéger d’éventuelles attaques.

Un nouvel antivirus au programme

Ces résultats laissent supposer que les hackers tentent d’infiltrer les réseaux par l’intermédiaire de ces utilisateurs externes. La société Symantec qui propose déjà à ses clients plusieurs sortes de logiciels antivirus, réfléchit donc à la création d’une troisième génération d’antivirus, protégeant les réseaux des utilisateurs extérieurs.

Le vice-président de Symantec, Gail Hamilton, interviewé par le quotidien sud-africain Business Day, explique qu’avec une technologie qui fournit un accès permanent à Internet et une porte ouverte sur chaque réseau, les professionnels de la sécurité informatique doivent mettre au point des outils efficaces concernant les utilisateurs extérieurs.