Les Emirats Arabes Unis investissent 50 milliards de dollars en Algérie

Soltane Ben Saïd Al Mansour, le ministre de l’Economie émirati, en visite en Algérie où son pays compte réaliser plusieurs projets porteurs, a déclaré mardi que les Emirats Arabes Unis y investiront quelque 50 milliards d’euros d’ici l’horizon 2010. Ces financements concernent notamment les secteurs de l’industrie, de l’agriculture, des services et de l’énergie.

Notre correspondant en Algérie

Les Emirats Arabes Unis (EAU) mettent le paquet en Algérie. Ils comptent y renforcer leur présence en ayant en perspective plusieurs nouveaux projets dans divers domaine d’activité.
Les trois années à venir s’annoncent des plus prometteuses au regard de ces investissements qui pourraient atteindre les 50 milliards de dollars, selon ministre de l’Economie émirati Soltane Ben Saïd Al Mansour qui a rencontré lundi et mardi, à Alger, son homologue algérien, Karim Djoudi, dans le cadre de la 6e session de la commission mixte algéro-émiratie. Au cours de cette rencontre ont été évoqués des projets prometteurs dont les contours se dessinent déjà à l’horizon.

Le ministre émirati, accompagné par les cadres de son secteur, n’a pas omis de souligner l’intérêt que porte son pays à l’Algérie et sa volonté d’investir dans des secteurs d’activité comme l’agriculture qui reste un domaine prometteur au regard des opportunités que présente ce pays d’Afrique du nord. L’industrie est aussi ciblée par les investisseurs émiratis qui tiennent comptent des avantages que présente l’Algérie. Mais ces derniers appréhendent le manque de clarté et de pragmatisme des autorités locales qui peinent à établir un environnement propice aux bonnes affaires. M. Soltane Ben Saïd Al Mansour a fait part de ses regrets quant à la faiblesse des échanges commerciaux entre Alger et Dubaï. Il les a estimés à 444 millions de dollars en 2007. Un chiffre « en deçà des attentes », a-t-il jugé. Il a appelé l’Etat algérien à redoubler d’efforts pour que ces difficultés soient surmontées.

Des contraintes sur le plan foncier ont aussi été mises sur la table des pourparlers. Les Emiratis veulent démarrer leurs projets sur des bases solides. La dette algérienne vis-à-vis des Emirats, estimée à 333 millions USD, sera convertie en forme d’investissements directs ce qui leur permettra encore davantage de renforcer leur présence en Algérie, qui reste un pays en plein chantier et ouvert à toutes les forces capables d’apporter un plus en matière économique. Les Emiratis qui sont en passe de devenir les 4e plus gros investisseurs étrangers en Algérie prévoient de nouveaux emplois pour les jeunes diplômés qui tendent à fuir leur pays pour aller monnayer leur talent à l’étranger. Rappelons que l’Algérie à fait appel aux capitaux arabes pour redresser la situation socioéconomique.