Les Déesses, trois saveurs exotiques

Après le succès de leur single « On a changé », les Déesses, les trois belles et talentueusement jeunes filles honorées du Césaire 2007 de la révélation musicale de l’année, sortent leur premier opus « Saveurs exotiques » ce lundi en France. Un album pluriel aux parfums des Antilles et de l’Afrique. Un cocktail savoureux. Elles ont accordé une interview à Afrik.com.

« On a n’a pas changé », disent-elles. Le premier album des Déesses sort ce lundi en France. Un disque riche et rythmé sur lequel se bousculent de nombreux guests tels que Myma Medhy, Najim, Dj Caloudji, Papa Tank, Muss, Ben-J, Anofela, Top One Frisson, Daddy Mory ou encore kamnouze. Un premier album qui consacre une notoriété déjà en place pour Lylah, Eden et phylipa, dont le single On a changé s’est vendu à plus de 150 000 exemplaires. C’est à ce titre qu’elles ont reçu, le 22 octobre dernier, le trophée 2007 des Césaire de la musique, dans la catégorie Révélations de l’année.

Afrik.com : Comment êtes-vous rencontrées ?

Edene :
On s’est rencontrées à plusieurs reprises lors de castings : chant, musique, danse. Au fur et mesure, le courant est bien passé. Et vu qu’on avait du mal à démarrer chacune de son côté, on a décidé de former un groupe. D’où la naissance des Déesses. Nous sommes allées voir Kaysha pour lui proposer le projet. Il a tout de suite apprécié et il nous a présentées à WUMB (label Nouvelle Donne, ndlr).

Afrik.com : Pourquoi les Déesses ? Ne pensez-vous pas que ce nom soit un peu prétentieux ?

Lylah :
Notre producteur nous a toujours appelées « mes petites déesses ». On a juste gardé ce nom. Ca se retient facilement. Au début on s’est posé la question… En tout cas, nous, on est naturelles et on ne se prend pas la tête.

Afrik.com : Que faites-vous en dehors de la musique ?

Edene :
La musique nous prend énormément de temps. Au début, Lylah était encore à l’école en préparation de son baccalauréat qu’elle a d’ailleurs obtenu. Phylipa et moi travaillions en tant qu’hôtesses dans l’évènementielle, en plus des castings que nous faisions. Depuis, on a tout arrêté pour se consacrer à la musique.

Afrik.com : Comment est défini le choix du leader du groupe ?

Edene :
Lorsqu’on a commencé les enregistrements au studio, c’est Lylah qui posait le plus souvent sur les instrus, car sa voix sort mieux. On retenait aussi sa performance. Donc on a décidé que sa voix resterait la voix principale du groupe. Phylipa et moi sommes choristes.

Afrik.com : A part vous introduire auprès de WUMB, Kaysha a-t-il participé à la conception de l’album ?

Edene:
Il a composé quasiment tout l’album et écrit quelques chansons comme Caldé qu’on oublie souvent de citer. Mais les textes sont écrits par Kamnouze. Ils font tous partie du label Nouvelle Donne.

Afrik.com : De quoi s’inspire-t-il, selon vous, pour vous écrire ces textes?

Edene :
Il est devenu un très bon ami, à force de nous écouter lui raconter nos histoires. Il nous demande souvent de quoi l’on veut parler. Et la plupart du temps se sont soit nos histoires, soit les histoires des copines ou tout simplement les histoires de tous les jours qui nourissent son inspiration. Par exemple, pour la chanson « Confidence », c’est l’histoire d’une jeune fille qui tombe enceinte et qui ne sait pas quoi faire. Alors elle demande conseille à ses copines. Ce sont des histoires qui arrivent fréquemment.

Afrik.com : Est-ce que vous vous retrouvez dans ces textes ?

Lylah :
Oui. Ce sont des textes jeunes qui nous correspondent. On essaye de rester dans des histoires de notre âge.

Afrik.com : Comment s’est fait le choix des invités sur l’album ?

Lylah :
On nous a présenté plusieurs artistes mais on a préféré faire des featuring avec des artistes que l’on connaissait déjà et qui font partis de notre label Nouvelle Donne, tels que Papa Tank, Kamnouze, Daddy Mory. Ça s’est très bien passé avec eux. On a voulu apporter un métissage coupé décalé raï, car on trouve que ça sonne pas mal, et notre producteur nous a également présenté Najim qui a beaucoup de talent. La collaboration s’est bien passée.

Afrik.com : Votre premier single s’est vendu à plus de 150 000 exemplaires. Comment vivez-vous la célébrité ?

Edene :
Franchement, c’est un grand mot, et ça ne rentre pas forcément dans notre vocabulaire. On ne se sent pas de grandes stars, même pas de petites d’ailleurs. Je pense que c’est plus la vision et le regard des gens qui change. C’est vrai que les gens nous reconnaissent beaucoup dans la rue. Sinon, on n’a pas changé (rires). C’est une chance pour nous de vivre nos rêves et on est très bien entourées.

Lylah : on s’amuse et on profite de chaque instant.

Afrik.com : Vous avez reçu le trophée des Césaires de la Musique dans la catégorie Révélation de l’année. Que représente pour vous ce prix ?

Lylah :
C’est une grande fierté et une grande joie pour nous et toute l’équipe qui nous suit derrière. C’est une récompense pour nous tous. Ça prouve aussi que les gens aiment notre musique. Le single On a changé a bien cartonné. On espère que notre album rencontrera le même succès.

Edene : C’est aussi le reflet d’un succès médiatique national. C’est un pas de plus pour la musique afro-caribéenne qui est une musique riche et variée, mais qui a du mal à évoluer en Europe. On a réussi à la mettre en avant, et en plus nous sommes couronnées par les Césaire. C’est merveilleux.

Afrik.com : Avez-vous des tournées de prévues ?

Edene :
On fait une tournée au mois de novembre aux Antilles (la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane) et mi novembre et décembre en Afrique (la Guinée et la Côte d’Ivoire).

 Le blog officiel des déesses

 Commander l’album

Voir le clip de Danse avec moi