Les contributions musicales des afromexicains

L’ethnologue Ethel Correa affirme que la population d’afromexicains, originaire de l’Ouest de l’Afrique et arrivés ici en tant qu’esclaves à partir du 16ème siècle se distingue par sa contribution à la culture, particulièrement la musique à travers ce que nous connaissons comme les fandangos.

Dans une entrevue exclusive à Notimex, réalisée dans le cadre du dialogue “Los Afromexicanos”, Correa indiquait : “Par exemple, tout ce qui se danse à Veracruz, Michoacán et La Huasteca, cette population a laissé des choses importantes, et fait des contributions importantes à la culture mexicaine”.

De même, elle a indiqué que plus spécifiquement dans la zone de la Costa Chica de Oaxaca, cela est plus notable car il y a un génotype très marqué dans la population et c’est par conséquent à cet endroit qu’on peut percevoir cette influence avec plus de clarté.

Elle a souligné qu’actuellement, les descendants des Africains se trouvent dans l’ensemble du pays, mais qu’il y a des régions plus marquées, comme Veracruz, où l’on peut les voir physiquement, même si dans la région de la Costa Chica de Oaxaca, c’est encore plus marqué.

Actuellement, les descendants de ce qu’on appelle les afromexicains, sont des paysans qui cultivent le haricot, le maïs et le piment, comme tout autre groupe de paysans Mexicains et ils cultivent également des mangues, la papaye, la fleur de Jamaïque et la noix de coco pour la vente ”, a-t-elle indiqué.

De plus, selon elle, certaines communautés se consacrent à la pêche, les hommes et les femmes travaillant, les premiers faisant la pêche et les femmes préparant le poisson qui sera vendu. La population est arrivée au Mexique à partir du 16ème siècle en tant qu’esclave pour travailler dans les mines, les plantations de sucre et dans les fermes de bétail.

Cette population arrive au pays, car il y a une baisse démographique de la population indigène. Il y a donc un besoin énorme de main d’œuvre qui commence donc à arriver, esclave, en majorité de l’Ouest de l’Afrique.

Cependant, à la fin du 17ème siècle cette migration des esclaves déplacés se réduit, car la population indigène commence à augmenter, et le besoin de main d’œuvre esclave disparait.

La spécialiste a expliqué qu’environ 200 000 africains arrivèrent au pays, qu’ils se mélangèrent beaucoup avec la population indigène et espagnole, ce qui donna les fameuses castes, c’est-à-dire les mulâtres.

Correa a indiqué qu’il y a encore un grand besoin de recherches sur les afromexicains arrivés au Mexique, car ils ont non seulement apporté la musique ou travaillé dans les mines et l’agriculture, mais également dans d’autres aspects dans la majorité des états de la République Mexicaine.