Les cimentiers congolais menacés

Les cimentiers congolais s’inquiètent de l’importation de ciment égyptien dans le pays. Alors que Congo-impex, la société égyptienne, affirme répondre à une demande, les producteurs nationaux assurent avoir de grandes difficultés à écouler leur propre ciment.

Les producteurs locaux de ciment se sentent menacés par l’arrivée en République démocratique du Congo (RDC) d’un nouveau concurrent d’origine égyptienne. Les producteurs locaux réfutent totalement l’affirmation de l’importateur étranger selon laquelle il répondrait à une demande locale importante.

La société égyptienne Congo-impex avait été autorisée dès juillet 2002 par l’état congolais à importer 7 000 tonnes de ciment, provoquant l’émoi et l’incompréhension de la profession. A l’issue d’une rencontre réunissant – à l’initiative du Secrétariat de l’économie – la Cinat, la Cilu et Congo-impex, il avait été convenu que nulle importation ne serait acceptée sans concertation entre les producteurs locaux, l’importateur et le ministère de l’Economie. Alors que l’Etat a un pouvoir discrétionnaire en matière d’achat à l’extérieur des produits déficitaires sur le marché local, il permet à la société égyptienne d’écouler 7 000 tonnes de ciment par mois, sans l’accord des producteurs nationaux. Existerait-il une menace de pénurie ?

Un marché saturé

Selon Le Phare, la Cinat et la Cilu tournent en-deçà de leurs possibilités par manque de débouchés, et les 7 000 tonnes de ciment égyptien représentent un mois de production des deux sociétés réunies. De plus, le secteur du bâtiment souffrirait d’un ralentissement qui provoque des difficultés d’écoulement du ciment national. Dans de telles conditions, la RDC n’aurait apparemment aucun besoin supplémentaire en ciment.

Les producteurs locaux n’hésitent pas à accuser Hesham Abun Hussein, directeur général de la société incriminée, de corruption. Lequel rétorque qu’il crée de nombreux emplois et contribue à satisfaire la demande. Le fait est que les ventes de ciment en Egypte  » ont diminué de 21% en juillet 2002 par rapport à la même période en 2001. Ainsi avons-nous tenté les marchés extérieurs, ce qui a amené une augmentation record de 700% de l’exportation « , explique Magued Mazar, directeur du département marketing de Ciment Suez.