Les champions éthiopiens courent contre la faim

Les champions éthiopiens d’athlétisme, à la tête desquels le légendaire Hailé Gebresselassie, se mobilisent contre la famine qui menace leur pays. 31 600 $ ont été récoltés contre le péril. Mais l’intérêt de l’opération réside plus dans la sensibilisation de l’opinion internationale que dans la somme, symbolique, réunie.

Les athlètes éthiopiens veulent contribuer à la lutte contre la famine engagée en Ethiopie et plus largement dans la corne de l’Afrique. Derartu Tulu, double championne olympique du 10 km dames (1992 et 2000), Fatuma Roba, victorieuse du marathon des J.O. de Los Angeles en 1996, Gete Wami, double championne du monde de cross-country (1996 et 1999) et Gezahegn Abera, champion olympique 2000 et champion du monde 2001 du marathon, ont réunis 20 000 $ pour leurs concitoyens en danger. 11 600 $ avaient été versés vendredi dernier par le comité organisateur de la Total great ethiopian run, dont fait partie le grand Hailé Gebresselassie.

Les symboles de l’Ethiopie

Ces champions sont parmi les seuls à pouvoir véhiculer une image positive de leur pays. Il faut dire que l’Ethiopie a terminé les championnats du monde d’athlétisme à Edmonton (2002) au sixième rang mondial – deuxième nation africaine derrière le Kenya – avec huit médailles, dont deux d’or, au compteur. Mais l’Ethiopie a surtout Hailé Gebresselassie, quadruple champion du monde et double champion olympique du 10 000 m, qu’elle adore et qu’elle a honoré en 2000 en rebaptisant de son nom l’une des principales artère d’Addis Abeba, puis en lançant quatre timbres à son effigie.

C’est précisément pour changer l’image d’une Ethiopie déchirée par les guerres et la famine qu’Haile Gebresselassie collabore depuis un an à l’organisation de la course internationale  » The great ethiopian run « . La première édition de ce 10 000 m, le 25 novembre 2001, avait réuni 12 000 Ethiopiens à Addis Abeba dans une ambiance de fête.

Des besoins colossaux

Les besoins des 11,3 millions d’Ethiopiens menacés de famine en 2003 sont estimés par l’ONU et le gouvernement éthiopien à 1,45 tonnes d’aide alimentaire et 75 millions de dollars. Les 31 000 dollars réunis par les champions éthiopiens – Derartu Tulu, Gete Wami, Fatuma Roba, Gezhagen Abera et Hailé Gebresselassie – peuvent alors paraître bien dérisoire.

Mais le but de la réunion de cette vitrine de champions consiste, avant tout, à sensibiliser l’opinion internationale au drame qui menace le peuple éthiopien. Hailé Gebresselassie exerce déjà ce rôle de représentation, notamment auprès de l’Unicef, dans l’action qu’elle mène en faveur des enfants éthiopiens malades du sida.