Les basketteurs algériens sont trop petits

L’équipe algérienne de basket-ball prépare activement les championnats du monde qui auront lieu aux Etats-Unis à la fin de l’été prochain. Le tirage au sort n’a pas été favorable aux Verts. Au menu : les Etats-Unis, l’Allemagne et la Chine, championne d’Asie. Le coach Bilal Faïd est bien placé pour parler de cette compétition, des chances de son équipe, de la préparation ainsi que des objectifs assignés à l’équipe nationale.

Avez-vous arrêté le programme de préparation de la sélection en prévision du championnat du monde ?

Bilal Faïd : Avant de parler du programme de préparation, je veux d’abord m’attarder sur un aspect important que nous ne devons pas occulter. Il s’agit du manque de compétition de haut niveau qu’accuse le basket-ball algérien par rapport à ses prochains adversaires au championnat du monde. Le déficit est important. Nous devons le combler dans les meilleurs délais pour pouvoir, au moins, tirer notre épingle du jeu. Pour ce faire, nous avons programmé plusieurs stages et compétitions pour parfaire les automatismes et la cohésion du groupe. Notre programme de préparation est le suivant : championnat arabe des clubs (du 15 au 30 mars), participation à un grand tournoi en Côte d’Ivoire auquel prendront part le Sénégal, l’Egypte, l’Angola et le pays hôte (du 16 au 23 juin)…

Avez-vous arrêté l’effectif qui prendra part au championnat du monde ?

Bilal Faïd : Il est un peu tôt pour le faire. Des mois nous séparent encore du tournoi final. D’ici là, beaucoup de choses se passeront. La liste des sélectionnés sera arrêtée après la fin des stages et tournois qui sont au programme de la sélection. Je ne cache pas que je compte faire appel à quelques basketteurs algériens qui évoluent à l’étranger. Je pense à Nabil Boudissa qui évolue au sein de l’équipe de l’université du Kentucky. Il mesure plus de deux mètres. Il y aura, aussi, Boughedir qui joue en France. La présence de ces deux éléments nous permettra de combler le handicap de la taille. Je précise que la sélection algérienne qui ira au Mondial sera composée à quatre-vingt-dix pour cent de joueurs qui participent au championnat national. Notre principal objectif demeure le développement et la vulgarisation du basket-ball en Algérie.

Comment comptez-vous gérer cette grande compétition ?

Bilal Faïd : Le tirage au sort ne nous a pas gâtés, puisqu’il a mis sur notre chemin les Etats-Unis pour le match inaugural. Cette équipe n’est plus à présenter. C’est la meilleure équipe du monde. Cette rencontre sera suivie par plus d’un milliard de téléspectateurs. Pour cette entame (difficile), notre objectif sera de donner la meilleure image possible du basket-ball algérien. Nos joueurs sont motivés par l’idée d’affronter les meilleures stars de la NBA. L’Allemagne est un adversaire qui a, lui aussi, ses lettres de noblesse. Le basket-ball allemand a accompli de grands progrès. Son meilleur joueur, Levinski, évolue en NBA et vient d’être classé parmi les sept meilleurs joueurs du monde. La Chine est championne d’Asie et compte dans ses rangs le plus grand joueur du monde (2,26 m). Notre principal handicap sera la taille de nos joueurs par rapport à celle de nos adversaires.

Par M. M. De notre partenaire El Watan :

Lire aussi : Une Dream team de cauchemar :