Une Dream team de cauchemar

L’Algérie affrontera la Dream team américaine en match d’ouverture du 14ème Championnat du monde de basket à Indianapolis en août prochain. Si la partie semble jouée d’avance, le cinq algérien, qualifié pour la première fois de son histoire, entend bien développer son meilleur jeu.

Algérie/USA, telle est l’affiche sans suspens du premier match de l’équipe algérienne de basket-ball au 14ème Championnat du monde cet été à Indianapolis (29 août – 8 septembre 2002). Sans suspens a priori. Car l’Algérie, vice- championne d’Afrique 2001, n’a rien à perdre et jettera toutes ses forces dans la bataille.

Les bookmakers de tous bords ne donneront certes pas cher de la peau de l’Algérie et préféreront plutôt spéculer sur le poids de la défaite des coéquipiers de Fardjallah Harouni. Mais pour leur participation historique à cette compétition, les protégés de Faïd Billal ne comptent pas faire de la figuration. Pari audacieux lorsqu’on affronte la Dream team, la meilleure équipe du monde, et les grands ténors de la NBA (National basket-ball association).

Grande première pour l’Algérie

En remportant sa demi-finale face aux Tunisiens au dernier Championnat d’Afrique en août 2001 au Maroc, l’Algérie avait créé la surprise. Elle n’a rien pu faire en finale, toutefois, face à l’expérience de l’Angola qu’elle avait tout de même été la seule à battre en qualifications. Et qui remporta sans forcer son sixième titre de champion (78-68). Mais la deuxième marche du podium lui offre un billet pour le premier Championnat du monde de son histoire. Pour tomber dans le groupe C avec l’Allemagne, la Chine et les Etats Unis.

Les forces en présence semblent pour le moins déséquilibrées. Meilleur marqueur algérien, l’ailier Ali Bouziane avec ses 16,1 points de moyenne au Championnat d’Afrique 2001 aura fort à faire face à des joueurs qui peuvent individuellement enfiler plus de 30 points à n’importe quelle équipe. L’expérience du jeune Ali Bouziane (1,92 m, 25 ans), qui évolue au plus haut niveau français (Gravelines) avec une petite moyenne de 7 points par match, risque de ne pas peser lourd dans la balance. Il pourra tout de même compter sur l’appui offensif de Youssef Ouldyiassia, qui évolue lui aussi en France (Anger). Ils avaient marqué à eux deux plus de la moitié des points de l’Algérie en finale contre l’Angola (respectivement 25 et 12 points).

Mais il en faudra bien plus pour espérer bousculer les stars américaines du parquet. C’est sans complexe que leur entraîneur les encourage à jouer. Et c’est sans complexe qu’ils devront aborder la rencontre pour développer leur meilleur jeu. Que le meilleur gagne…

Championnat de monde 2002

Groupe A : Anogola, Canada, Espagne, Yougoslavie

Groupe B : Brésil, Liban, Porto Rico, Turquie

Groupe C : Algérie, Allemagne, Chine, USA

Groupe D : Argentine, Nouvelle Zélande, Russie, Venezuela