Les avions de la CAMAIR cloués au sol

Les avions de la compagnie camerounaise de transport aérien, Cameroon Airlines (CAMAIR), sont cloués à l’aéroport international de Douala, capitale économique du pays, depuis une dizaine de jours, a constaté la PANA sur place lundi.

A en croire le personnel des Aéroports du Cameroun (ADC) interrogé par la PANA, « les fournisseurs de la CAMAIR en carburant, notamment Total Cameroun et Shell, ont refusé de livrer le fuel à la compagnie nationale de transport aérien, clouant ainsi ses avions au sol ».

Certaines sources internes à la CAMAIR affirment que « c’est depuis deux semaines en effet que CAMAIR connaît de grosses perturbations sur ses vols internationaux, en particulier sur sa ligne principale et rentable qu’est Douala-Yaoundé-Paris et retour ».

« Il y a deux semaines, la CAMAIR devait à Total près d’un milliard de FCFA au titre d’arriérés de consommation du carburant. La compagnie de distribution de fuel peu rassurée par les tribulations de la compagnie camerounaise de transport aérien et redoutant à tout moment une cessation d’activités, en plus du remboursement de ces sommes dues, aurait exigé le paiement cash pour les prestations à venir », affirme une source de la compagnie.

La situation de la CAMAIR, qui coûte à l’Etat environ 3 milliards de FCFA par mois, divise par ailleurs les autorités camerounaises.

« Le gouvernement a multiplié au cours de la semaine dernière, des réunions de crise sans jamais prendre de décision définitive au sujet de la CAMAIR », renseigne un cadre de la société qui a requis l’anonymat.

« Le ministre des Finances supporte de moins en moins l’incidence financière du fonctionnement de cette entreprise, et souhaite ardemment arrêter la saignée, tandis que le représentant de la présidence de la République, plus soucieux des effets politiques qu’économiques, souhaite continuer à accompagner la CAMAIR jusqu’au lancement de CAMAIR CO, afin de ne pas écorner davantage l’image du pays à l’international », a-t-il ajouté.

La CAMAIR, dont le processus de privatisation engagé depuis quelques années n’avance pas, a une flotte de trois avions dont deux sont en activité (Boeing 767-300 et Boeing 737-300).