Les arbitres nigérians : stop la violence !

Les hommes en noir de la première division de football du Nigeria craignent de plus en plus la violence du public des matches. La fédération entend agir avant que frapper l’arbitre ne devienne une mode.

A l’inverse de l’Europe où les hooligans ont, en général, le bon goût de se taper dessus entre eux, au Nigeria, la question de la violence sur les stades vise directement les arbitres. Le phénomène, qui touche surtout la première division, est en train de prendre une ampleur détestable, au point que les arbitres nigérians envisagent de boycotter la suite de la compétition, tout au moins jusqu’à ce que leur sécurité soit garantie.

La fédération nigériane prend la menace des arbitres très au sérieux. Dominic Oneya, président de la NFA, a inscrit la question en tête de l’ordre du jour du conseil d’administration qu’il dirigeait ce jeudi à Abuja.  » On n’entend plus parler que de matches interrompus et d’arbitres assaillis ! Nous devons tuer le phénomène dans l’oeuf avant qu’il ne devienne impossible à contrôler et qu’il devienne à la mode.  »

Histoire d’oeufs

Les arbitres, justement, marchent un peu sur des oeufs dans cette affaire. Leur représentant, Jero Dogo Yabilsu, exige certes que la sécurité soit garantie, mais il ne veut pas non plus  » gâcher la fin de la saison « . Prudente déclaration !

Mais trop, c’est trop. La semaine dernière à Ilorin, capitale de l’Etat du Kwara central, des supporters nombreux ont envahi le terrain au cours de la rencontre entre le Kwara United et les Lobi Stars. Tout le monde voulait donner un coup de poing à l’arbitre… et presque tout le monde l’a fait. La rencontre, elle aussi sonnée pour le compte, a bien sûr été interrompue.