Les amis connectés des Bamileke

Les Bamileke du Cameroun et d’ailleurs ont désormais un point de chute sur la Toile. Images du pays, proverbes, chat, forum : où qu’il soit dans le monde, un Bamileke n’est jamais très loin des siens.

Trip ethnique sur le Web. Les Bamileke, une ethnie qui représente 2 millions de Camerounais, ont désormais leur site. Qu’ils soient en France, au Canada, aux Etats-Unis, quelque part en Afrique ou tout bêtement au pays, ils peuvent à tout moment avoir les infos en direct de Baffoussam ou participer à un grand débat de politique camerounaise sur le forum. Besoin d’un coup de main ? Les coordonnées des associations bamileke à travers le monde sont consciencieusement recensées sur le site. Et pour être sûr qu’un Bamileke ne soit jamais tout à fait perdu, les petites annonces comportent une rubrique  » recherche  » où des messages plein d’espoir ( » Je cherche mon amie Germaine. Fille banganté vivant actuellement en France après avoir vécue au quartier Obili à Ydé… « ) s’accumulent.

Il y a de la vie !

La page d’accueil est graphiquement très soignée. Le site lui-même, par contre, n’est pas des plus ordonnés. Un peu tapageur, avec son bandeau défilant en haut de l’écran, et un peu fouillis, avec sa barre d’outil en panne à gauche. Mais à partir du menu de droite, qui, lui, fonctionne parfaitement, on peut accéder à des trésors de renseignements. Des origines des Bamileke aux images de l’Ouest camerounais, le néophyte peut découvrir l’ethnie, ses rites et ses traditions. On regrette cependant que certaines rubriques – cuisine, culture – restent, désespérément inactives, sur la barre de gauche…

Il y a de la vie sur Bamileke.com. Le chat et le forum connaissent un certain succès. Et comme les webmestres ne peuvent pas rendre compte de tout le fourmillement des Bamileke à travers le monde, ils ont l’humilité de renvoyer vers de nombreux liens susceptibles d’intéresser leurs internautes. Le site devient ainsi un portail à l’arborescence multiple, un point de départ qui permet de rebondir aussi bien vers le site perso d’un poète camerounais que vers les grands journaux du pays…Une ouverture salutaire qui permet d’éviter l’ethnocentrisme.

Voir le site.