Les Algériens préfèrent le timbre français

Les Algériens préfèrent affranchir leurs courriers à destination de France avec des timbres français rapportés en contrebande dans le pays, avant de les faire poster depuis l’Hexagone. Un subterfuge pour éviter les aléas de la Poste algérienne.

De notre partenaire Le Quotidien d’Oran

Symbole de la souveraineté nationale, le timbre postal algérien trouve un concurrent, depuis quelque temps, lorsqu’il s’agit de l’envoi du courrier à l’étranger, notamment en France. Ainsi, constatant que celui-ci arrive souvent, s’il n’est pas égaré dans certains cas, en retard à destination, en France, des citoyens d’El Milia, dans la wilaya de Jijel, utilisent, depuis quelques années, le timbre postal français pour l’envoi de lettres dans ce pays.

Ce timbre d’une valeur de 0,48 euro, est ramené de France par des trabendistes et revendu 65 DA dans des kiosques multi-services. La lettre ainsi timbrée sera ensuite acheminée en France par un voyageur, pour y être postée et expédiée à destination par la poste française. Ce subterfuge est utilisé pour éviter de passer par Algérie-Poste. Certains citoyens déclarent employer ce moyen pour s’assurer que leur courrier arrive à destination et, surtout, lui garantir un traitement rapide. Les lettres envoyées par ce procédé original contiennent généralement des documents administratifs considérés comme précieux par leurs expéditeurs et sont le plus souvent adressées aux caisses de retraite et aux banques. Ce sont aussi des demandes de visa que leurs auteurs préfèrent expédier directement à Nantes.

Sécuriser l’envoi de documents administratifs

A signaler, par ailleurs, le nombre important, dans cette ville, de retraités du régime français, d’où l’échange d’un important courrier avec l’Hexagone où sont domiciliés les caisses de retraite et les comptes bancaires de ces pensionnés. A cela s’ajoute le courrier des trabendistes, demandant ou envoyant toutes sortes de documents pour l’obtention du visa ou celui des cambistes qui achètent des ordres de virements en euros auprès des retraités. Ces virements sont, bien sûr, légalisés puis envoyés à la Banque en France, pour le transfert de l’argent au compte de l’acheteur. Tout ce courrier est ainsi adressé le plus souvent directement en France et avec un timbre français.