Les Aigles se rebiffent

Les Super Eagles ont refusé de se rendre lundi dernier au Caire pour y disputer un match amical face aux Pharaons. Motif : la fédération nigériane de football n’a pas versé aux joueurs leurs indemnités. Le match Egypte-Nigeria, qui devait se dérouler ce mardi, a été annulé.

Les Aigles reprennent leur combat syndical. Après avoir réussi à faire plier leur ministère, il y a un an, pour leur verser 5 000 dollars comme prime de match, les joueurs nigérians ont engagé à nouveau le bras de fer avec leur fédération. Motif : prime de qualification pour le mondial. Les joueurs réclament notamment les 70 000 dollars (78 140 euros) réunis par des particuliers et des gouvernements locaux, en juillet, pour les récompenser de la qualification à la Coupe du monde en Corée du Sud et au Japon. Ils sont encore en colère contre le président de la Fédération nigériane de football (NFA) qui aurait décidé d’allouer la prime de la Fifa au développement du sport et non aux joueurs, comme c’était le cas par le passé. Le ministre des Sports s’est rendu personnellement auprès des joueurs pour les convaincre de faire le déplacement du Caire. Il a essuyé un refus catégorique.

On veut nos primes !

 » Encore une fois, les joueurs retiennent la nation en otage, a déclaré à l’Afp un dirigeant de la Fédération (NFA) qui a tenu à garder l’anonymat. Le ministre des Sports leur a rendu visite lundi, ils lui ont signifié qu’ils ne se rendraient pas en Egypte s’ils ne touchaient pas l’argent que leur doit la Fédération « . Dans un pays où le football sert de soupape sociale de sécurité, le ministre nigérian des Sports n’a pas voulu laisser l’affaire s’envenimer. Il devrait donner suite aux revendications mercredi prochain. Pour leur préparation à la Coupe d’Afrique des nations, les Super Eagles devront affronter le 12 janvier prochain les Eléphants ivoiriens.

Les Nigérians avaient touché 40 000 dollars (44 650 euros) pour leur participation au mondial 98 en France. Ils veulent doubler cette somme cette année.