Les Afro-Péruviens les plus affectés par le tremblement de terre au Pérou

Le Groupe International pour les Droits des Minorités ( Grupo Internacional para los Derechos de las Minorías , MRG) a exprimé mercredi (22 août) sa profonde préoccupation du fait que une semaine après le tremblement de terre au Pérou, l’aide humanitaire sous formes d’aliments, d’eau et de médicaments ne soit pas encore parvenue à la communauté Afro-descendante qui a été la plus affectée.

“Les gens ont perdu leur maisons et vivent dans les rues. Ils sont affamés car ils n’ont pas de nourriture, et la chose la plus grave est que le gouvernement ne fait rien pour les aider”, indique Jorge Ramirez Reyner de ASONEDH, organisation alliée au MRG au Pérou, et qui travaille pour protéger les droits humains des Afro-descendants.

Mercredi 15 de Août dernier, un tremblement d’une magnitude de 8.0 a secoué la côte du Pérou tuant plus de 500 et blessant plus de 1000 autres. Quelques 34000 foyers ont été détruits et des dizaines de milliers de personnes sont sans toit.

“Quand un désastre comme celui-ci survient, normalement, ce sont les minorités minoritaires, comme les Afro-Péruviens qui souffrent le plus. Cependant, ce sont également eux qu’on ignore souvent dans la répartition de l’aide,” dit Clive Baldwin le Chargé de l’Action Politique du MRG.

Selon les agences d’aide humanitaire et les ONG locales, toute l’aide est canalisée par le biais du gouvernement, et certains groupes Afro-Péruviens accusent le gouvernement de les exclure du processus.

“Le MRG exige que le gouvernement crée un bureau du processus de répartition de l’aide humanitaire pour que les Afro-descendants puissent accéder à la part qui lui revient” ajoute Baldwin.

Selon ASONEDH, la majorité des personnes touchées dans la zone où s’est produit le tremblement de terre est afrodescendante. Historiquement les Afro-Péruviens ont souffert une profonde discrimination et des préjugés. Reyner appelle le gouvernement à repartir plus d’aide à ces communautés affectées de façon disproportionnée..

La majorité de l’aide arrive seulement dans les centres urbains et le fait que le tremblement de terre a gravement endommagé les routes signifie que l‘aide n’arrive pas dans les zones rurales, comme Alto Laran, Pueblo Nuevo, Guayabo, San Jose, et El Carmen, des régions ou l’on trouve la plus grande partie des communautés Afro-descendantes,” indique Reyner.

“Quelques jours après le tremblement de terre, les médias Péruviens ont dépeint les noirs comme des voleurs et des pillards, sans reconnaître leur souffrance, alors que ce sont eux qui ont le plus perdu,” ajoute Reyner.

Notes aux Éditeurs

Le Groupe International pour les Droits des Minorités est une ONG internationale qui travaille pour assurer les droits des groupes ethniques, des minorités linguistiques et les indigènes au niveau mondial.
ASONADEH – Association Noire de Défense et de Promotion des Droits Humains.