Législatives : Talon d’Achille du Bénin, Patrice cherche électeurs désespérément

Le Président du Bénin, Patrice Talon

Le Bénin, pour la première fois depuis trois décennies est allé aux élections sans l’opposition. Poussant le camp présidentiel à faire usage de mégaphones ambulants pour appeler les électeurs à aller voter, là où l’opposition appelle au boycott.

Patrice Talon, chef de l’Etat du Bénin, et ses alliés, vont seuls aux élections législatives de ce dimanche 28 avril 2019. Une date, parmi les plus sombres de l’histoire de ce pays d’Afrique de l’Ouest. En ce sens qu’à force de manœuvres, le dirigeant est parvenu à écarter l’opposition de ce scrutin. Les quelque cinq millions de Béninois inscrits sur les listes électorales sont donc appelés à choisir entre le Bloc républicain et l’Union progressiste, deux mouvements proches du chef de l’Etat, Patrice Talon.

A lire : Bénin, Veille d’élection : l’inquiétude d’Amnesty International

L’opposition ne prend donc pas part aux élections législatives au cours desquelles 83 députés seront élus. Suffisant pour qu’elle appelle les Béninois au boycott du scrutin, pour avoir été empêchée d’y prendre part par la Commission électorale nationale autonome (CENA). Alors que Patrice Talon et son épouse ont voté vers 8 heures (GMT), dans un centre de vote de l’école Charles Guillot, à Cotonou, la capitale, l’affluence était très faible, jusqu’à 14h30 heure locale. D’autant que les réseaux sociaux étaient, curieusement, difficilement accessibles, ce dimanche.

Cette très faible affluence a poussé le camp présidentiel à faire usage de mégaphones ambulants pour appeler les électeurs à aller voter. Ce qui n’a pas convaincu les électeurs qui ont peu répondu à l’appel de celui qui vient de fouler du pied la démocratie que connaît ce pays depuis 1991 : Patrice Talon, pour ainsi le nommer. Un nom que l’histoire retiendra.

A lire : Le Bénin sous Patrice Talon : une démocratie en danger ?