Législatives au Gabon : L’opposition appelle la communauté internationale à ne pas reconnaitre le scrutin

Les leaders des partis de l’opposition ayant refusé de participer aux législatives du 17 décembre dernier ont invité mardi au cours d’une conférence de presse le peuple gabonais et la communauté internationale à ne pas reconnaitre le dit scrutin. Le président du CDJ, Jules Aristide Bourdès Ogouliguendè, l’un des tenants du boycott, a estimé hier que les députés élus au cours de cette élection n’auront aucune légitimité du fait du taux d’abstention très élevé, sans apporter les preuves.

Les responsables des partis de l’opposition, qui ont invité les Gabonais et les Gabonaises à ne pas aller aux urnes le 17 décembre dernier, ont appelé mardi le peuple et la communauté internationale à ne pas reconnaitre les résultats issus de cette élection. Leur principal argument est le fort taux d’abstention, sans fournir de preuves. Ils affirment que le taux d’abstention au cours de cette consultation électorale a dépassé 85%. Ils se réjouissent d’ailleurs de ce que les citoyens gabonais ont écouté et suivi leurs appels au boycott.

« Les Gabonais ont massivement respecté le mot d’ordre de boycott », a affirmé le leader du CDJ. Au cours d’une précédente rencontre avec la presse, les tenants du boycott avaient déclaré que dans certains bassins politiques, notamment l’Estuaire, le Moyen-Ogooué, l’Ogooué-Maritime, la Nyanga, le Woleu-Ntem et l’Ogooué-Ivindo, le taux d’abstention a dépassé largement 85%.

Devant l’accaparement des rouages de l’Etat par le seul PDG, les responsables politiques de l’opposition se sont dits étonnés du silence des autorités françaises.

Selon des sources du parti au pouvoir proches du ministère de l’intérieur, le PDG aurait remporté 114 sièges sur les 120 que compte l’Assemblée nationale. Les résultats officiels sont attendus ce soir.