Le zoulou enseigné à l’Ecole

Le zoulou entre au programme de l’Institut national des langues et civilisations orientales (à Paris), dès le 21 février prochain. Cette langue d’Afrique du Sud rejoindra, entre autres, le swahili, le bambara et le yoruba, déjà enseignées à l’institut français. Le zoulou est la langue africaine la plus parlée en Afrique du Sud.

L’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) – Langues O’- comptera, dès vendredi 21 février, le zoulou dans son programme de formation. L’institut français accueillera, tous les vendredi à Paris et ce jusqu’au mois de juin, les étudiants qui souhaitent apprendre la langue africaine la plus répandue sur le territoire sud-africain. « C’est une très vieille envie que nous avions au département Afrique mais les moyens financiers nécessaires à sa réalisation nous avaient jusqu’ici fait défaut », explique Odile Issa, maître de conférence de swahili et directrice du département Afrique à l’Inalco.

« Ce projet est à l’initiative de Michel Lafon, chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), actuellement détaché auprès de l’Institut français d’Afrique du Sud (Ifas). Spécialiste des langues bantu, il a mis au point une méthode d’enseignement du zoulou à des francophones qui s’appuie en priorité sur l’intuition et la pratique. L’apprentissage de la grammaire étant l’étape suivante « , affirme la linguiste. Cette formation revêt un caractère ponctuel et a été financée par le ministère français des Affaires étrangère. Elle sera reconduite si cette première session s’avère satisfaisante. « Les cours sont ouverts à tous et je vais moi-même y assister. Ils seront dispensés par une jeune étudiante en français d’origine zoulou, Sthokozile Nomajoni Mhlanga, formée à la méthode Lafon « , indique Odile Issa.

Sawubona zoulou ( » bonjour « ) !

Près de la moitié de la population sud-africaine est à même de comprendre et de s’exprimer dans cette langue. Les Zoulous sont concentrés dans les provinces du KwaZulu Natal (Est), pour la majorité, du Gauteng (Nord) et du Mpumalanga (Nord-Est). Le zoulou appartient au groupe des langues nguni, à l’instar du xhosa, du swati et du ndebele. Il dispose d’une grammaire, d’un système orthographique bien établi et de dictionnaires. La constitution sud-africaine, depuis 1994, reconnaît onze langues nationales qui peuvent être utilisées auprès de l’administration. Cependant, cette législation ne profite pas réellement aux langues africaines, à l’exception du zoulou déjà bien implanté.

L’Inalco est spécialisé dans l’étude des langues d’Europe centrale et orientale, d’Asie, d’Océanie, d’Afrique et des populations aborigènes d’Australie. L’amharique, le bambara, le berbère, le comorien, le haoussa, le malgache, le peul, le swahili, le tigrigna, le wolof et le yoruba sont les langues africaines enseignées à l’institut.

Liens : Inalco : Cours : tous les vendredi de 13 à 14h30 (en laboratoire) et de 14h30 à 16h jusqu’à juin 2003