Le virus H5N1 serait présent en Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire sera peut-être le septième pays africain victime de la grippe aviaire. Le gouvernement ivoirien assure avoir pris les dispositions nécessaires pour parer à toute éventualité. En attendant confirmation par l’Organisation mondiale de la santé animale
des diagnostics de la présence du virus H5N1 déjà effectués en Côte d’Ivoire.

La grippe aviaire semble avoir fait son apparition en Côte d’Ivoire. C’est ce qu’indique un rapport du Dr Denis Kouakou, directeur des services vétérinaires et de la qualité au ministère de la Production animale et des Ressources halieutiques en Côte d’Ivoire, transmis le 25 avril à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Deux foyers du virus H5N1, hautement pathogène, responsable de la grippe aviaire ont été signalés dans les communes de des communes de Marcory Anoumabo et Treichville, deux quartiers de la capitale économique Abidjan. Sept poulets, neuf canards de basse-cour élevés en liberté et un épervier sont concernés.

Une « suspicion » prise au sérieux

Les diagnostics déjà établis par le Laboratoire national d’appui au développement agricole à Bingerville et par l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire doivent être confirmés par le laboratoire de l’OIE à Padoue, en Italie. Pour l’instant, tout comme l’OIE, le gouvernement ivoirien parle de « suspicion ». « On ne parlera de grippe aviaire en Côte d’Ivoire que si le laboratoire de Padoue, qui est le laboratoire de référence reconnu par l’OIE, nous confirme l’existence du virus », a affirmé Alphonse Douaty, ministre ivoirien de la Production animale et des Ressources halieutiques. Il a ajouté que les résultats seraient disponibles en fin de semaine.

Néanmoins, M. Douaty a admis que « la suspicion est suffisamment préoccupante pour prendre des mesures de prévention pour éviter la propagation de la maladie ». Aussi le gouvernement ivoirien a annoncé, jeudi, avoir mis en œuvre des mesures de « police sanitaire ». Aucun cas, a précisé le ministre, n’a néanmoins été diagnostiqué pour l’heure parmi les animaux d’élevage et les volailles industrielles. Si l’OIE confirme le diagnostic ivoirien, la Côte d’Ivoire deviendrait après le Nigeria, le Niger, le Cameroun, l’Egypte, le Soudan et le Burkina Faso, le septième pays africain à être touché par la grippe aviaire.