Le Trust Aga Khan au chevet des trésors architecturaux maliens

Le ministre malien de la Culture, Cheick Oumar Sissoko, et le directeur général du Trust Aga Khan pour la culture (Aga Khan Trust for Culture -AKTC), Luis Monreal, ont
signé, mercredi à Bamako, un mémorandum de coopération qui
permettra la conservation des trésors architecturaux du pays et le renforcement du potentiel économique des communautés locales.

Ce mémorandum s’inscrit dans une série d’initiatives récentes lancées par le Réseau Aga Khan de développement au Mali.

C’est à la suite d’une étude minutieuse que l’AKTC a entamé, en octobre 2004, un programme de conservation et de revitalisation de la Grande Mosquée de Mopti (centre), communément appelée Mosquée de Komoguel et considérée comme l’un des joyaux de l’architecture de terre au Mali.

Mis en oeuvre en collaboration étroite et constante avec la
Direction nationale du patrimoine culturel du ministère de la Culture du Mali, le programme a également suscité une
collaboration proche avec les autorités régionales, communales et locales. Son achèvement est prévu pour avril/mai de cette année.

Conscients de la valeur des biens architecturaux en terre du Mali inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO et élément essentiel de l’héritage national malien, et conscients de l’importance de leur conservation et de leur sauvegarde, le ministère de la Culture et l’AKTC ont décidé de s’associer pour engager des initiatives analogues dans d’autres parties du pays.

Ainsi, cette coopération aura pour objectifs, entre autres, de préserver et de réhabiliter des structures en terre – des édifices religieux comme des bâtiments publics – dans d’autres régions du Mali, de renforcer les capacités administratives et techniques de la Direction nationale du patrimoine culturel dans le domaine de
la conservation du patrimoine architectural et de former des techniciens, des maîtres d’oeuvre et des artisans spécialisés dans les structures en terre et capables de transmettre leur savoir-faire aux génération futures.

Cette collaboration permettra également de sensibiliser les
institutions et communautés locales sur l’importance de la
sauvegarde et du maintien de l’architecture de terre, non
seulement en raison de sa signification culturelle, mais
également pour l’impact économique que sa rénovation peut avoir à travers le développement de l’industrie locale, de l’emploi et du tourisme.

Le présent mémorandum de coopération fait suite à l’Accord
d’établissement signé entre la République du Mali, l’Imamat
ismaïli et le Réseau Aga Khan de développement le 1er août 2005 lors de la visite de Aga Khan au Mali.