Le Tonnerre de Yaoundé en briseur de rêve à Alger

La Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) accueille ce vendredi à 21h30 (heure d’Alger), le Tonnerre Kalara club (TKC) de Yaoundé pour le compte du match aller de la finale de la Coupe d’Afrique des clubs de la Confédération africaine de football (Caf). A Alger depuis lundi, le club camerounais a pour mission de briser le rêve de la JSK de gagner une troisième couronne continentale consécutive.

Ntoungou Mpilé, l’entraîneur principal de l’équipe Espoirs du Cameroun, a été mis à la disposition du TKC pour les rencontres de l’édition 2002 de la coupe de la Caf. C’est avec lui que la formation de Mvog-Ada (un quartier populaire de Yaoundé) a, au fil des matches, gagné son ticket pour la finale. C’est en observateur averti et technicien aguerri qu’il a minutieusement préparé le face à face de ce vendredi au stade du 5 juillet d’Alger. Interview.

Afrik : Comment vous sentez-vous ?

Ntoungou Mpilé : Bien. Nous sommes arrivés plus tôt que prévu à Alger (le lundi 4 novembre, ndlr). Pour l’heure, tout se passe bien. La fédération algérienne de football s’est mise en quatre pour nous. Vraiment, RAS (Rien à signaler).

Afrik : Et cette finale, comment l’avez-vous préparée ?

Ntoungou Mpilé : La préparation s’est faite en deux phases. La première au Cameroun, à Ombé (Sud-ouest du pays, ndlr). C’est l’un des meilleurs sites au Cameroun et là-bas le climat est quasiment le même qu’à Alger. La seconde phase est celle en cours. Nous l’avons débutée dès notre arrivée lundi à Alger. Il s’agit pour nous de nous immerger dans l’environnement algérois, de prendre des repères sur l’aire du jeu du stade du 5 juillet.

Afrik : Sur le plan sportif, sur quoi avez-vous axé votre préparation ?

Ntoungou Mpilé : Nous avons travaillé les réglages tactiques : le marquage de zone, les positions sur les balles arrêtées, la gestion du ballon au milieu du terrain. Sur le plan technique, priorité a été donnée au travail individuel avec un accent sur la vivacité.

Afrik : Vous vous êtes donc informé sur le jeu de votre adversaire ?

Ntoungou Mpilé : Bien sûr. Grâce aux notes de nos superviseurs et les cassettes, nous avons quelques informations sur la manière de jouer de la JSK.

Afrik : Qu’avez-vous découvert ?

Ntoungou Mpilé : C’est une bonne équipe. Collectivement soudée, avec des attaquants très rapides. Elle joue à fond sa chance sur les balles arrêtées. Son talon d’Achille est sa défense. Elle est très fébrile. Il faut cependant rester lucide et réaliste. La vérité d’un match n’est pas forcément valable sur la prochaine rencontre.

Afrik : Quelle sera alors l’astuce du TKC pour bien aborder ce match aller ?

Ntoungou Mpilé : Etre les premiers sur les ballons. Oublier que nous jouons à l’extérieur et présenter une équipe offensive. En défense, nous allons essayer tant que faire se peut de priver les attaquants de la JSK du ballon.

Afrik : De quels moyens offensifs disposez-vous ?

Ntoungou Mpilé : Notre ligne avant est au point. Elle a fait ses preuves tout le long de cette compétition. Je ne pense pas la changer. Dès l’entame du match, nous jouerons avec nos trois pièces maîtresses en attaque : Robert Cissé, Jean Eyoum et Francis Doe.

Afrik : Qu’appréhendez-vous le plus par rapport à cette finale ?

Ntoungou Mpilé : Les premières minutes. Si nous arrivons à contenir la JSK les 15 premières minutes, nous aurons gagné partiellement notre pari. Et à partir de là, tous les espoirs nous sont permis.