Le théâtre de Koffi Kwahulé dans tous ses états

Jusqu’au 31 mai, à Paris, les œuvres du dramaturge ivoirien Koffi Kwahulé sont présentées au théâtre du Lavoir moderne parisien. Mises en scènes, lectures, concerts, conférences, débats, les spectateurs parisiens peuvent retrouver ou découvrir, de mille et une façons, l’univers de l’un des plus talentueux et prolifiques auteurs africains.

Seul sur scène, le comédien N’Gouamoué Diabaté joue le rôle d’un étudiant africain, que sa concierge appelle « Monsieur ». Il se rappelle les histoires du pays pour ne pas déprimer, les histoires drôles et pathétiques du Village fou qui ravissent les spectateurs présents dans le théâtre. A la fin de la lecture, Koffi Kwahulé fait une apparition discrète dans la salle et remercie le public qui a si chaleureusement accueilli son œuvre. Auteur d’une vingtaine de pièces traduites dans plusieurs langues, de nouvelles, d’un roman, cet Ivoirien né il y a 52 ans à Abengourou, dans l’est de la Côte d’Ivoire, dans une famille baoulé, est du 5 avril au 31 mai l’invité d’honneur du Lavoir moderne parisien qui propose Anima Kwahulé, un riche parcours à travers son œuvre. Dans la tranquillité et le silence des loges, Koffi Kwahulé nous a accordé une interview.

Afrik.com : Votre théâtre est mis à l’honneur pendant deux mois à Paris. Comment avez-vous accueilli cette initiative ?

Koffi Kwahulé :
J’ai d’abord été surpris. Mais après, pour éviter la fausse modestie et ne pas faire injure à ceux qui organisaient l’événement, je me suis déclaré très satisfait. Au départ, j’ai ressenti une énorme pression, mais maintenant ça va. Je me suis dit que si de telles manifestations sont organisées pour d’autres, il n’y a pas de raisons qu’elles ne le soient pas pour moi aussi. Le Lavoir moderne parisien, qui en plus n’est pas un théâtre riche, et les universités de La Sorbonne et de Saint-Denis me mettent à l’honneur pendant deux mois, c’est formidable ! Donc, j’essaie de faire comme si c’est normal. Je suis très heureux que ça m’arrive, et j’espère qu’ils le feront pour d’autres auteurs africains… En réalité, j’ai été surpris par cette initiative parce qu’en général on n’organise pas de tels événements pour des auteurs africains. Le fait que je sois noir et africain renforce le sentiment que lorsqu’on nous joue, surtout quand on fait du théâtre contemporain, c’est une faveur qu’on nous accorde. En France, nous sommes conditionnés à penser qu’on ne mérite pas. Et c’est le sentiment qui d’abord m’a saisi.

Afrik.com : Dans la lecture de Village fou, l’une des pièces présentée au cours d’Amina Kwahulé, vous utilisez une langue truculente, dans laquelle il est souvent question de « déconnement » ? Que veut dire ce mot ?

Koffi Kwahulé :
« Déconnement » est un mot ivoirien qui vient du fait de déconner. Nous avons une façon très spéciale de transformer et détourner les mots français. Le mot « déraillement », par exemple, devient « dra », ce qui est typiquement ivoirien. Cependant, pour que tout le monde comprenne Village fou, j’ai gardé la rythmique du français ivoirien [le nouchi, ndlr] et utilisé plutôt un français standard.

Afrik.com : Pourquoi avez-vous voulu écrire dans cette langue française revisitée par les Ivoiriens ?

Koffi Kwahulé :
Parce que je me suis rendu compte que je vivais en France depuis longtemps[[Koffi Kwahulé vit en France depuis 1989]] et que j’avais besoin d’éléments de mon pays pour m’entourer. Il me fallait sans doute poser cela pour faire autre chose. Les textes que j’écris maintenant ne répondent plus à cette rythmique. Je voulais aussi faire un clin d’œil à ceux qui me disaient que je n’écrivais pas « africain ». Donc j’ai écrit cette pièce pour dire : voilà, je sais faire ça aussi !

Afrik.com : Etait-ce la première fois que vous écriviez dans cette langue ?

Koffi Kwahulé :
Ma première pièce [[Le grand serpent, 1977]], je l’ai écrite en français ivoirien. Mais personne ne la comprendrait ici (à Paris). Au départ, j’avais envie de juxtaposer les langues qui nous structurent. La langue française officielle et le français que tout le monde parle. Mais dès ma deuxième pièce, 1+1, c’était fini. Alors tout le monde ma dit que cette pièce avec seulement deux personnages, en « gros français », ne marcherait jamais. Pourtant, aujourd’hui, 1+1 est un classique du théâtre ivoirien. Beaucoup de personnes pensent que si l’on ne tombe pas dans l’habitude et la facilité, les gens ne comprendront pas. C’est complètement faux. Depuis cette pièce, il y a même un festival de monologues en Côte d’Ivoire. Faire de l’art, c’est tenter des choses. Si on se plante, ce n’est pas grave. On n’est pas là pour faire de la chirurgie, mais du théâtre.

Afrik.com : L’univers des contes et de la tradition est très prégnant dans Village fou. L’est-il dans le reste de votre travail ?

Koffi Kwahulé :
Je ne me place pas dans une tradition perçue comme une manifestation du passé. Car je pars du principe que je suis moi aussi créateur de la tradition, qui est la continuité de la tradition ivoirienne. Je ne me dis pas que je dois mettre la tradition ivoirienne en valeur, mais que je dois la poursuivre en créant du neuf… En France, dans certains milieux, on me dit : « Koffi, ce que tu fais, c’est très américain. » Et aux Etats-Unis, on m’a dit une fois : « Vous savez, ce qui nous plaît dans votre travail, c’est qu’il est très européen. » J’aime cette anecdote qui veut dire que ce que les gens ne reconnaissent pas c’est ce qui est différent chez celui d’en face. Peut-être est-ce cette part d’africanité qu’ils aiment dans mes œuvres, mais comme elle ne se présente pas selon les modalités habituelles, ils ne la voient pas, elle leur échappe. Malheureusement, nous [les Africains] nous sommes longtemps présentés au monde dans une définition close de nous-mêmes. Nous n’étions pas en devenir mais des êtres figés, alors que tous les êtres sont en devenir. Le travail que j’ai essayé de faire a été de complexifier le rapport à l’Africain, de montrer qu’il a une identité mouvante. J’ai voulu créer des doutes, des failles, faire en sorte que les gens arrivent à douter de l’idée qu’ils se font de l’Africain, qu’ils reconnaissent sa capacité d’être en devenir. Ce qui fait peur aux esprits étroits, c’est cette zone de flou où il n’y a que des êtres humains, où sortis du cadre assigné les hommes peuvent se toucher, se rejoindre. C’est le résultat de la pensée qui devient culture. La culture ne doit pas devenir une cage pour la pensée. La pensée doit se déployer jusqu’à l’hérésie. Ce sont les pensées qui n’ont pas peur de l’hérésie qui sont créatives. Sinon, on risque de répéter ce que les autres ont fait.

Afrik.com : Comment êtes-vous devenu un professionnel du théâtre ?

Koffi Kwahulé :
Je suis venu au théâtre parce que j’ai toujours rêvé de faire du cinéma. Quand je suis rentré à l’Ina (Institut national des arts d’Abidjan), la section cinéma avait fermé. Donc je me suis inscrit au théâtre, et là je me suis rendu compte que ça correspondait à ma personnalité. Mais aujourd’hui, j’ai de nouveau envie de faire du cinéma. Et cet été, au festival d’Avignon, à La Chapelle du verbe incarné, Greg Germain me permettra de filmer une pièce, ce qui est vraiment formidable !

Afrik.com : Après votre formation à l’Ina, à Abidjan, quel a été votre parcours ?

Koffi Kwahulé :
J’ai obtenu une bourse pour tenter le concours de la Rue blanche, en France. J’ai eu la chance de réussir et j’ai complété ma formation de comédien, car il faut savoir que je suis comédien au départ. Parallèlement, j’ai suivi des études théâtrales à l’université de la Sorbonne Nouvelle jusqu’au doctorat. Et maintenant, je suis écrivain. Je vis de ma plume.

Afrik.com : Pourquoi Koffi Kwahulé, l’écrivain, est-il largement plus connu que le comédien ?

Koffi Kwahulé :
Je sors d’une famille où il n’y avait pas de livres. Et dans ma tête, l’écriture c’était pour les gens qui avaient fait Polytechnique, l’ENA… Et puis, un jour, dans le bus, à Abidjan, un camarade de Lycée qui lisait un article dans le journal m’a dit : « ce type, il écrit comme toi. » Je me suis questionné, et constatant qu’il y avait quelque chose de perçu comme singulier dans ma façon de m’exprimer, je me suis autorisé à écrire. Ensuite, quand je suis arrivé en France, dès les premières pièces ça a marché. Et comme dans ma carrière de comédien ça galérait sec, je me suis consacré à l’écriture. En France, on aime mettre les gens dans des cases, donc aujourd’hui je suis un écrivain qui joue de temps à autre. En plus, écrivain, ça fait plus sérieux. Et les personnes sont plus indulgentes avec un écrivain qui joue qu’avec un comédien qui écrit.

 Le programme d’Anima Kwahulé sur le site du théâtre du Lavoir moderne parisien

 La biographie de Koffi Kwahulé

Lavoir Moderne Parisien

35 rue Léon 75018 Paris

réservation: 01 42 52 09 14