Le tapis tunisien s’effiloche

L’industrie du tapis et des tissages traditionnels se porte mal. Le célèbre tapis tunisien fait main n’attire plus les touristes, concurrencé par le tapis industriel moins cher. Le tapis s’exporte moins, se vend plus difficilement et menace des milliers d’emploi.

Le tapis tunisien souffre de la concurrence du tapis industriel. Le célèbre tapis fait main ne trouve plus d’acquéreur. Sa production a chuté de moitié en dix ans. Longtemps considéré comme le secteur phare de l’artisanat tunisien, le tapis traditionnel tissé à la main se cherche une nouvelle clientèle.

L’industrie du tapis emploie près de 53 000 artisans, soit environ 20% du total de la main d’oeuvre du secteur de l’artisanat. Le secteur compte environ 155 entreprises artisanales dans les différentes régions du pays, employant 8 000 personnes. Le ministère tunisien du Tourisme a organisé, la semaine dernière, une conférence, qui a réuni une dizaine d’experts internationaux, sur le devenir du tapis.

Les responsables tunisiens s’inquiètent des répercussions économiques de la mévente de ce produit phare qui représentait plus de 40% des exportations artisanales au début des années 90. Actuellement, il ne représente plus que 12% , 312 790 m2 en 1999 contre 600 000 en 1990.

Achetez mon tapis

Certains experts expliquent cette chute par la concurrence d’autres pays, tels l’Inde, l’Iran, le Bangladesh, le Pakistan, ou encore l’Egypte et le Maroc, qui mettraient sur le marché des articles plus élaborés, aux décors plus riches, d’une qualité plus fine et à des prix très compétitifs. Le tapis industriel demeure cependant la principale cause de ce déclin. Moins chers et mieux orné, il est à la portée de tous les Tunisiens. L’Office national de l’artisanat (ONAT) mise sur la qualité. Il appose un label (1er ou 2e choix) sur chaque tapis. La finesse des tapis s’exprime en points par mètre carré, garantis par une estampille officielle (de 10 000 points à 250 000 points au m2 pour les super-fins).

L’Etat tunisien a décidé de fonder un Centre international d’études, de recherches, de documentation et de recyclage dans le tapis et d’instituer un prix international de création dans l’artisanat, qui aura pour objectif de stimuler la créativité des artisans.