Le Sud-Soudan est indépendant

Un nouvel Etat est né ce samedi sur le continent africain qui compte désormais 54 pays. Le premier président du Sud-Soudan, Salva Kiir, a également prêté serment. Il dirigera un pays riche en pétrole où tout reste à construire.

Le Sud-Soudan a proclamé ce samedi son indépendance en présence d’Omar el-Béchir, le chef de l’Etat soudanais. L’ancienne région autonome du Soudan est ainsi devenu le 54e pays du continent africain et le 193 Etat du monde. « Nous, les représentants démocratiquement élus du peuple, en se basant sur la volonté du peuple du Sud-Soudan, et comme l’ont confirmé les résultats du référendum sur l’auto-détermination, proclamons par la présente le Sud-Soudan une nation indépendante et souveraine », a déclaré le chef du Parlement sud-soudanais, James Wanni Igga.

Un Etat à construire

Salva Kiir est devenu le premier président d’un Etat de 589 745 km² et de plus de 8,5 millions d’habitants, majoritairement animistes et chrétiens.
Les réserves pétrolières du pays sont estimées à 6,7 milliards de barils. Mais tout est à construire dans ce jeune Etat dont l’indépendance est le résultat d’une guerre civile de 21 ans entre cette région du Sud et le gouvernement de Khartoum.
Le conflit a pris fin avec l’accord global de paix signé le 9
janvier 2005 à Naïrobi, au Kenya, par John Garang, le leader de la rébellion sudiste et chef l’Armée de libération du peuple soudanais (SPLA), décédé quelques semaines plus tard dans un accident d’hélicoptère.

Plusieurs pays africains et la plupart des Etats du G8, les Etats-Unis, en premier lieu ont reconnu le Sud-Soudan. La proclamation de l’indépendance sud-soudanaise a été l’occasion pour Salva Kiir d’adresser un message de soutien à ses anciens compatriotes dont les régions restent des zones de tension sur le territoire soudanais.« Je souhaite assurer aux peuples d’Abyei, du Darfour, du Nil bleu et du Kordofan du Sud que nous ne vous avons pas oubliés. Quand vous pleurez,
nous pleurons. Quand vous saignez, nous saignons. Je m’engage
aujourd’hui auprès de vous à ce que nous parvenions à une paix juste
pour tous », a affirmé le nouveau président soudanais ce samedi.