Le stade de toutes les compétitions

Le championnat de football centrafricain démarrera le 23 mai prochain, après trois semaines de boycott. Objet du litige : l’unique stade, situé à Bangui, était en réfection. Les 17 équipes demandaient des subventions pour jouer dans un autre stade. C’est chose faite.

La Fédération centrafricaine de football a cédé aux exigences des clubs : elle versera 25 000 F cfa (environ 40 euros) par match pour les aider à financer leurs déplacements et -surtout- compenser leur manque de recettes. Car l’unique stade de Bangui, Bathélémy Boganda, est en réfection depuis deux mois. Tout le championnat centrafricain se déroule dans ce stade. Cette situation risque de durer jusqu’à fin avril.  » Les clubs recevront 25 000 F cfa jusqu’à la fin des travaux. La réfection du stade Bathélémy Boganda est financée par la Fédération internationale de football. L’Etat compte lancer prochainement la construction d’un nouveau stade de 20 000 places. Ce sont les Chinois qui seront maîtres d’oeuvre « , explique Zianga Denot, chef du services des sports civils.

Au plus grand bonheur des supporters

Le stade Bathélémy Boganda demeure le seul stade centrafricain capable d’accueillir des supporters payants. 10 000 pour être précis.  » Les recettes du club proviennent de la fréquentation du stade. Or avec le nouveau stade, qui n’est même pas grillagé, les supporters peuvent assister aux matchs gratuitement « , signale Jérémie Gbata, Secrétaire général de la Fédération centrafricaine de football (CFC).

Terrain non clôturé, pas de recette.  » Les équipes engagées dans les compétitions africaines ont des subventions de l’Etat et de la Fédération. Il n’y a pas de problème financier à ce niveau « , précise Jérémie Gbabta. Le championnat centrafricain est composé de huit clubs en première division et de neuf en seconde division. L’Association sportive Tempête est l’équipe la plus populaire.