Le Soudan et l’Éthiopie se disputent une frontière


Lecture 2 min.
Le Soudan et l'Éthiopie se disputent une frontière
Le Soudan et l'Éthiopie se disputent une frontière

Des affrontements ont éclaté entre les forces au sujet d’Al-Fashqa, une zone de terres fertiles colonisée par des agriculteurs éthiopiens qui, selon le Soudan, se trouve de son côté d’une frontière délimitée au début du XXème siècle, ce que l’Ethiopie rejette. Le Soudan nie avoir occupé le territoire éthiopien dans la région contestée.

Des affrontements entre les forces soudanaises et éthiopiennes au sujet d’Al-Fashqa, une zone de terres fertiles colonisée par des agriculteurs éthiopiens. Le Soudan a accusé l’Éthiopie d’une « insulte impardonnable » dans sa déclaration la plus acerbe depuis qu’un différend frontalier vieux de plusieurs décennies a éclaté à la fin de l’année dernière.

Dans un communiqué publié jeudi, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré qu’il pensait que « le conflit entamé par la branche militaire du gouvernement soudanais ne pouvait servir les intérêts d’une tierce partie qu’aux dépens du peuple soudanais ». Le ministère soudanais des Affaires étrangères a répondu, ce samedi, en déclarant que « la calomnie envers le Soudan et l’accusation d’être un agent d’autres parties est une insulte grave et impardonnable ».

Il a ajouté : « Ce que le ministère éthiopien des Affaires étrangères ne peut nier, c’est le le fait que les troupes sont entrées avec les unités éthiopiennes en intrusion sur les terres soudanaises ». Plus tôt cette semaine, le Soudan a accusé les troupes éthiopiennes d’avoir traversé la frontière après un acte similaire commis par des avions éthiopiens, le mois dernier, ce que l’Éthiopie a nié.

L’Éthiopie a réitéré jeudi son accusation selon laquelle le Soudan avait envahi, début novembre, attaqué et déplacé des Éthiopiens et pris le contrôle des camps militaires évacués. Dans sa déclaration, le Soudan a indiqué que l’Éthiopie avait confirmé l’accord frontalier de 1903, à plusieurs reprises, la dernière fois en 2013. Il a accusé le ministère des Affaires étrangères de l’Éthiopie « d’exploiter [la question de la frontière] pour des intérêts personnels et pour les intérêts spécifiques d’un certain groupe ».

Les deux pays ont mutuellement appelé à rechercher des moyens juridiques pour résoudre les problèmes frontaliers. D’ailleurs, un médiateur de l’Union Africaine est arrivé jeudi à Khartoum pour discuter du conflit, ainsi que des négociations en cours entre le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie sur le barrage du Grand Ethiopian Renaissance.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter