Le ski, un sport pour Blancs

Le président de la Fédération sénégalaise de ski, Lamine Guèye, est en guerre contre le Comité international olympique. Si le Comité ne change pas ses critères de sélection, l’Afrique risque de ne pas être présente à Salt Lake City, en février.

Lamine Guèye ne décolère pas. Le président de la Fédération sénégalaise de ski et probablement l’unique représentant africain aux Jeux Olympiques de Salt Lake City, en février prochain, se bat contre le Comité international olympique (CIO). Il reproche au CIO ses critères de sélection qui éloignent l’Afrique des pistes de ski.  » Aujourd’hui, aux Jeux, les petites nations comme le Sénégal, l’Algérie ou le Maroc passent à la trappe de ces règles drastiques : ça me révolte ! Bientôt, c’est-à-dire demain, il n’y aura plus que des Blancs aux Jeux d’hiver. Alors, dans ces cas-là, autant enlever l’anneau noir représentant le continent africain « , s’indigne Lamine Guèye. Dans une lettre adressée au président du CIO, Jacques Rogge, il demande la révision des critères de sélection.

Avis de recherche

A 41 ans, Lamine Guèye est une grande figure du sport africain. Il se bat pour être présent aux JO. Un Africain au pays des Blancs. Son angoisse est de ne voir que les Occidentaux sur les pistes de ski.  » Moi, si j’arrive à me qualifier pour Salt Lake City, une fois là-bas, je lancerai un avis de recherche pour savoir pourquoi les petits pays ne sont pas représentés « . Les fans de ski se rappellent d’un Noir portant le drapeau sénégalais, coincé entre les délégations européennes et américaines.  » Il veut promouvoir le ski dans la diaspora sénégalaise en Europe, particulièrement en France. C’est le combat d’un grand passionné « , s’émeut une sportive sénégalaise.

C’est cette passion qui a poussé Lamine Guèye à chercher les points nécessaires pour se qualifier au Jeux de Salt Lake City. Il s’est rendu, à ses propres frais, en Argentine et au Chili pour grignoter les indispensables points.  » Et les gens de la FIS n’ont pas voulu me laisser courir parce que j’avais trop de points. Aujourd’hui, faute de neige, trois courses FIS en Europe sont annulées. Il me reste une seule chance, mi-décembre, une course en Italie, s’il y a de la neige « , se plaint-il à Reuters. Que la neige tombe !