Le secteur privé comorien à la recherche de partenaires

Des hommes d’affaires comoriens réunis à Maurice sous l’égide de l’Organisation patronale des Comores, ont appelé mercredi les Mauriciens et les autres investisseurs étrangers à venir travailler avec eux aux Comores. Ils attendent beaucoup de la conférence des bailleurs de fonds sur les Comores qui aura lieu jeudi sur l’île.

Des membres du secteur privé comorien, réunis sous l’égide de l’Organisation patronale des Comores (Opaco), ont appelé, ce mercredi, les investisseurs mauriciens, ainsi que ceux des autres pays, à mettre en place un partenariat dynamique inter-entreprises et entre les organisations professionnelles de leur pays. Ces hommes d’affaires sont à Maurice pour la conférence des bailleurs de fonds sur les Comores qui aura lieu jeudi, à Grand-Baie, dans le nord de l’île.

La Secrétaire générale de cette organisation patronale, Sitti Djaouharia Chihabiddine, a affirmé que le secteur privé comorien est venu appuyer la démarche qui sera faite lors de la réunion des bailleurs de fonds. Elle a aussi appelé les Mauriciens et les autres investisseurs
étrangers à venir travailler avec eux aux Comores. « Cette conférence est un espoir important pour les Comores. Il y a du potentiel dans notre pays et Maurice pourra profiter également des fonds qui vont être débloqués dans le cadre de cette réunion », a-t-elle déclaré.

Marché intérieur encore vierge

Mme Chihabiddine a souligné que Maurice est allée à la conquête d’autres pays tels le Mozambique, Madagascar et le Malawi, quand elle a senti que sa taille était trop petite. Pour la Secrétaire générale de l’Opaco, les investissements d’une entreprise étrangère dans son pays pourront se justifier par l’appartenance des Comores à la zone de libre-échange du COMESA, à partir de janvier prochain. De plus, les Comores sont le seul pays de la Ligue des États arabes situé en Afrique australe, ce qui, selon elle, constitue un levier pour mieux saisir les opportunités d’affaires dans les pays arabes.

« Il existe aussi un marché intérieur encore vierge, qui constitue une cible importante pour les Petites et moyennes entreprises. Il y a aussi des potentiels touristiques très importants à exploiter en complémentarité avec les réseaux touristiques de la région, dans le but d’offrir un produit touristique plus varié », a déclaré Mme Chihabiddine. La vice-présidente de l’Opaco, Soilha Said Mdahoma a, quant à elle, affirmé que son pays dispose de ressources humaines qualifiées. « Nous avons besoin de l’expertise mauricienne dans la formation de jeunes Comoriens », a-t-elle déclaré.