Le Sahel en crise : une mobilisation internationale nécessaire, selon l’ONU

Boko Haram, Ebola, guerre civile en Libye : l’Organisation des Nations Unies a appelé, ce vendredi, à une mobilisation de la communauté internationale pour lutter contre les crises dans la région du Sahel.

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahel, Mme Hiroute Guebre Sellassie, a présenté, ce vendredi, au Conseil de sécurité des Nations Unies, un état des lieux sur la situation au Sahel. Elle a exprimé sa vive inquiétude face à l’accumulation des défis dans la région du Sahel et a attiré l’attention de la communauté internationale sur la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire dans la région.

Régionalisation

Madame Guebre Sellassie a insisté sur la régionalisation du phénomène Boko Haram, avec des conséquences sécuritaires qui s’étendent désormais au Niger, au Cameroun et au Tchad. Des centaines de milliers de personnes déplacées et réfugiées se trouvent aujourd’hui dans ces pays, y compris plus de 100 000 réfugiées au sud du Niger, 10 000 au Tchad et un nombre important au Cameroun, suite aux fréquentes attaques perpétrées par ce groupe terroriste.

Un sanctuaire pour djihadistes

Egalement, la détérioration de la situation sécuritaire et politique en Libye a eu comme conséquence la prolifération d’armes, et l’infiltration de milices libyennes dans la région du Sahel. Le nombre d’armes en circulation dans la région est estimé à environ 20 000, y compris des missiles sol-air. La Libye est aussi devenue, aujourd’hui, un sanctuaire pour des groupes djihadistes en Afrique. Cette détérioration de la situation sécuritaire a pour conséquences néfastes, la fragilisation de l’intégrité territoriale des pays du Sahel, la prolifération des groupes armés, et l’accroissement de l’immigration clandestine.

Faiblesse des infrastructures de santé

L’apparition de l’épidémie à virus Ebola au Mali est un défi supplémentaire que les Etats du Sahel auront du mal à contenir, du fait de la faiblesse des infrastructures de santé dans ces pays. Cette épidémie risque d’être le choc de trop pour ces pays.

Ayant attiré l’attention des membres du Conseil de Sécurité sur les menaces qui guettent la région, l’Envoyée spéciale a rappelé la nécessité d’une mobilisation soutenue de la communauté internationale, pour assister les pays de la région à affronter ces multiples défis.

Avec African Press Organization (APO)