Le Rwanda accusé d’avoir mené des opérations militaires en RDC

Militaires rwandais
Des soldats de l'armée rwandaise

L’armée rwandaise a mené des opérations militaires dans l’Est de la République Démocratique du Congo. C’est ce que révèle un rapport d’experts de l’ONU qui accuse Kigali d’avoir fourni des armes, des munitions et des uniformes à la rébellion du M23.

Dans un rapport consulté par l’AFP, des experts des Nations Unies affirment avoir collecté des preuves substantielles qui démontrent l’intervention directe des forces de défense rwandaises sur le territoire de la RDC. Le document, déjà transmis au Conseil de sécurité, précise que ces interventions ont eu lieu entre novembre 2021 et octobre 2022.

Le groupe d’experts indique que l’armée rwandaise a lancé ces opérations militaires pour renforcer le M23 et contre les FDLR. Selon le rapport, « l’armée rwandaise a fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques, en particulier quand celles-ci visaient à s’emparer de villes et de zones stratégiques ».

Des opérations militaires de novembre 2021 à juin 2022

Ce rapport voit le jour au moment où le M23 a relancé son offensive, en octobre dernier, dans la partie Est de la RDC. Le groupe rebelle a d’ailleurs conquis de vastes territoires dans le Nord-Kivu, province congolaise frontalière du Rwanda. Des actions qui ont entraîné une montée de tension entre Kinshasa et Kigali.

Début août dernier, un rapport transmis au conseil de sécurité de l’ONU indiquait que l’armée rwandaise a lancé des interventions militaires contre des groupes armés congolais et des positions des Forces armées congolaises, de novembre 2021 à juin 2022. Des accusations balayées à l’époque par Kigali, qui s’est fendu d’un communiqué.

Kigali avait déploré que « les choses se passent aux yeux de la MONUSCO qui est présente en RDC depuis plus de 20 ans ». Yolande Makolo, porte-parole du gouvernement rwandais, avait mis en garde que « tant que le problème des FDLR, qui opèrent en étroite collaboration avec l’armée de la RDC, n’est pas pris au sérieux et résolu, la sécurité dans la région des Grands Lacs ne peut être atteinte ».

Lire : L’UA gravement préoccupée par les tensions entre le Rwanda et la RDC