Le Royaume-Uni admet une injustice historique au Zimbabwe

Un secrétaire d’Etat du Foreign Office a reconnu que la distribution des terres au Zimbabwe était inéquitable. Il juge possible une reprise des négociations si les violences prennent fin.

Peter Hain, l’un des secrétaires d’Etat du Foreign Office (le ministère des Affaires étrangères) britannique, a déclaré aujourd’hui à la BBC que son pays reconnaissait l’existence d’une  » injustice historique dans la façon dont les terres sont réparties au Zimbabwe depuis la fin du colonialisme « .

Le gouvernement du Royaume-Uni est ouvert, a dit Peter Hain à la reprise des discussions permettant la mise en oeuvre d’une réforme agraire, mais  » nous ne pouvons « , a-t-il poursuivi,  » nous engager dans une telle négociation tant que ce genre de meurtres et d’intimidations sont perpétrés. «  Le secrétaire d’Etat faisait référence aux attaques contre des fermiers blancs et contre l’opposition, ainsi qu’aux occupations illégales de fermes qui se poursuivent depuis plusieurs semaines au Zimbabwe.

Chiffres parlants

Les négociations entre bailleurs de fonds internationaux et le gouvernement zimbabwéen sur le financement de la réforme agraire ont été interrompues depuis deux ans. Bien que la crise actuelle semble liée, dans une large mesure, à la perspective d’élections législatives risquées pour le pouvoir du président Mugabe, la mauvaise répartition des terres agricoles est incontestable dans le pays.

Le Zimbabwe compte 12,5 millions d’habitants, dont 70 000 d’origine européenne soit 0,6 % de la population. Or 70 % de la surface agricole (11 millions d’hectares) est détenue par les fermiers blancs. En outre, les propriétaires Noirs se partagent, pour l’essentiel, les terres situées dans les régions les moins fertiles.