Le roi Bekele

Premier double vainqueur des cross courts et longs au cours de championnats du monde de cross-country, l’année passée à Dublin, Kenenisa Bekele a réédité son exploit, ce week-end, en Suisse. Reste pour le jeune prodige éthiopien à faire ses preuves sur les pistes d’athlétisme.

Rien ni personne ne semble pouvoir arrêter Kenenisa Bekele sur les tracés sinueux et accidentés des cross du monde entier. Le jeune prodige éthiopien a été le premier coureur, en 2002, à Dublin, à remporter les cross courts et longs au cours de championnats du monde. Ce week-end, à Avenches (Suisse), Bekele a conservé ses deux titres en ne laissant aucune chance à ses adversaires. Si il pu compter sur le soutien de son compatriote Gebregziabher Gebremariam, en cross long, c’est seul qu’il du contenir les quatre coureurs kenyans lancés à sa poursuite en cross court. Avec le même résultat à l’arrivée : la victoire.

 » Je n’ai jamais eu peur des autres coureurs, quel que soit leur record, explique t-il. J’ai gagné tant de fois, que je sais que je vais gagner. Je suis sûr de cela « . Le jeune coureur, à peine âgé de 20 ans, pourrait difficilement penser autrement. Depuis son retour de blessure, en novembre 2002, Bekele écoeure ses adversaires en remportant courses sur courses lors des meetings organisés de part le monde. Au point de susciter les comparaisons avec le maître éthiopien du demi-fond, Haile Gebresselassie.

L’ombre de Gebresselassie

 » Quand j’ai vu Haile courir, j’ai pensé que peut-être, un jour, je pourrais être comme lui « , confie Bekele à la BBC. Le problème est que le demi-dieu du demi fonds a forgé sa légende sur les pistes d’athlétisme de la planète. Un terrain sur lequel la star du cross mondial n’a pas encore eu l’occasion de faire ses preuves. Après sa double victoire en championnats du monde de cross-country, en 2002, Kenenisa Bekele s’est blessé au talon d’Achille. Une blessure qui a compromis sa saison d’été et l’a tenu éloigné des pistes pendant plus de six mois.

De toute les façons,  » courir des cross et courir sur les pistes est complètement différent, explique Bekele. Je trouve les courses sur piste difficiles et pour être bon, il faut avoir de l’expérience. Je n’ai pas cette expérience, sur piste. Donc, nous allons voir comment cela se passe « . Kenenisa Bekele n’aura que l’embarras du choix, ces deux prochaines années, en ce qui concerne les pistes sur lesquelles il souhaite user ses pointes. Les deux principales compétitions d’athlétisme de la planète se profilent à l’horizon : les Championnats du monde, en juin prochain, à Saint-Denis (France) et les Jeux Olympiques, en juin 2004, à Athènes. De quoi compléter son CV et tutoyer le grand Gebresselassie pour le quadruple champion du monde de cross-country.

Lire aussi

Bekele, le petit prince du cross.