Le régime végétarien pourrait augmenter le risque d’AVC

Les personnes qui suivent un régime végétarien seraient plus sujettes aux accidents vasculaires cérébraux (AVC) que le reste de la population.

Une récente étude de l’Université d’Oxford, publiée le 4 septembre dans le journal British Medical révèle que si le fait de suivre un régime végétarien permettrait de réduire le risque de maladies cardiaques, paradoxalement, cela exposerait davantage aux accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Réalisée sur une période de 18 ans, l’étude a concerné 48 000 personnes, qui ont été suivies, alors qu’à l’origine, elles n’avaient aucun antécédent de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral (AVC). Les participants ont été répartis en trois groupes : les carnivores (24 428 personnes), les pescatariens (7 506 personnes), et enfin les végétariens (16 254 personnes).

L’étude a permis de découvrir que chez les pescatariens, le risque de maladie cardiaque était réduit de 13% par rapport aux carnivores, alors que chez les végétariens, ce même risque diminuait de 22% par rapport aux consommateurs de viande. Selon les chercheurs, cette situation est due « en partie à un indice de masse corporelle plus bas et à des taux plus bas d’hypertension, de cholestérol sanguin élevé, associés au diabète dû à ces régimes ».

Parallèlement, les chercheurs, au cours de cette étude, ont découvert que les végétariens s’exposaient à un risque plus élevé d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) par rapport aux carnivores (+20%). Ce qui pourrait s’expliquer par un déficit en vitamine B12, qui, présente dans la viande, est essentielle au bon fonctionnement du cerveau et du système nerveux.