Le recteur de Lyon limogé après s’être opposé à l’ouverture d’un lycée musulman

Le recteur d’Académie de Lyon qui s’était opposé à l’ouverture d’un lycée musulman dans le Rhône a été limogé mercredi en Conseil des ministres. L’entourage du ministre de l’Education reproche au haut fonctionnaire d’avoir manqué à son devoir de réserve en critiquant des décisions de justice.

Alain Morvan, le recteur de l’Académie de Lyon, a été démis de ses fonctions lors du Conseil des ministres du 21 mars, au moment où Nicolas Sarkozy, contre lequel il a eu à s’opposer, annonçait la date de son départ du ministère de l’Intérieur. Alain Morvan s’était récemment illustré en s’opposant à l’ouverture d’un lycée privée musulman dans la commune de Décines, près de Lyon, qualifiant les responsables du projet d’« intégristes ». Depuis la rentrée 2006, il avait refusé le dossier du lycée Al-Kindi à trois reprises, mettant en cause la taille des salles, des sanitaires hors norme ou encore la présence d’une conduite de gaz à l’air libre. Des points sur lesquels la justice administrative et le Conseil supérieur de l’éducation lui ont donné tort.

« J’ai eu l’impression très clair que l’on tentait de m’impressionner, de me circonvenir », avait déclaré Alain Morvan, alors en désaccord avec les ministères de l’Intérieur et de l’Education, sur la radio Europe 1. Les membres de l’entourage du ministre de l’Education Gilles de Robien reprochent aujourd’hui au haut fonctionnaire de ne pas avoir respecté son devoir de réserve. « Même si les valeurs qu’il défend sont respectables, il n’aurait pas dû commenter des décisions de justice », explique l’un d’eux au quotidien Le Figaro. « On ne peut pas admettre que tel ou tel haut fonctionnaire laisse quasiment entendre qu’il serait à lui seul dépositaire des valeurs de la République », ajoute un autre au journal Le Monde.

« Honneur et courage »

Sentant la fin proche pour Alain Morvan, l’association étudiante Hippocampe (association des étudiants de l’Université Jean Moulin Lyon 3 contre le négationnisme, le racisme et l’antisémitisme) a adressé à la fin de la semaine dernière un courrier au président Jacques Chirac pour lui demander de soutenir le recteur contre ses détracteurs de l’Intérieur et de l’Education. « Vous avez exhorté les Français dans votre allocution télévisée du 11 mars dernier à ne jamais composer avec l’extrémisme, le racisme et l’antisémitisme », lui est-il rappelé. « Il serait incompréhensible et choquant de mettre un terme aux fonctions d’un homme qui, à Lyon, a su incarner avec honneur et courage la lutte contre l’extrémisme et toutes les tentatives communautaristes de ceux qui, masqués ou non, s’évertuent à brader à la découpe ».

Avant sa déconvenue avec les responsables du lycée Al-Kindi, le recteur d’Académie s’était fait connaître en prenant part à la suspension puis l’exclusion de Bruno Gollnisch, professeur de langue et civilisation japonaise et numéro 2 du Front national. Alain Morvan, en place depuis juillet 2002, devrait être remplacé par Roland Debbasch, actuellement directeur général de l’enseignement scolaire et ancien recteur des académies de Nancy-Metz et de Lille. Il va reprendre sa chaire de professeur d’anglais.