Le rallye Lisbonne-Dakar 2008 n’aura pas lieu

Le rallye Lisbonne-Dakar ne fêtera pas ses trente ans. Les organisateurs ont décidé d’annuler la compétition suite aux menaces terroristes qui pèsent sur la Mauritanie. Jeudi, Paris avait « déconseillé fortement » aux Français de se rendre dans ce pays. Une mise en garde qui valait aussi pour ceux « qui font le rallye Dakar-2008 ».

Le terrorisme aura eu raison du Lisbonne-Dakar. Le célèbre rallye auto-moto a été annulé ce vendredi en raison de problèmes de sécurité en Mauritanie. La veille, le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, avait expliqué que le ministère des Affaires Etrangères a « déconseillé fortement » aux Français de se rendre en Mauritanie, précisant que cette mise en garde concernait également les citoyens « qui font le rallye Dakar-2008 ». Cette annonce qui intervient après l’assassinat de quatre français à Aleg, le 24 décembre, au Sud de la Mauritanie. Un crime attribué par les autorités du pays ouest-africain aux « membres d’un groupe terroriste affilié à Al-Qaïda ».

Un an de travail « anéanti »

Dans un communiqué publié ce vendredi, Amaury Association Sport (ASO), l’organisateur de la course, explique sont choix : « Compte tenu des actuelles tensions politiques internationales, de l’assassinat de quatre touristes français le 24 décembre dernier relié à une branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, et surtout des menaces directes lancées contre la course par des mouvances terroristes, A.S.O. ne peut envisager aucune autre solution raisonnable que l’annulation de l’épreuve sportive ».

A.S.O. poursuit par une condamnation de « la menace terroriste qui anéantit une année de travail, d’engagement et de passion pour tous les participants et les différents acteurs du plus grand rallye-raid au monde ». Et elle déplore notamment « la déception générale et des lourdes conséquences économiques, en termes de retombées directes et indirectes, pour les pays traversés », à savoir le Portugal, le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal.

Objectif : rallye Dakar 2009

La décision d’ASO a été prise dans l’urgence car l’avertissement du ministère français des Affaires Etrangères a pris au dépourvu les organisateurs. Une surprise qui s’explique par leur récent déplacement de 24h en Mauritanie. Suite à ce séjour éclair, ils étaient convaincus que « les conditions de sécurité [étaient] réunies » et ont décidé, le 28 décembre, de maintenir les huit étapes mauritaniennes de la course. Leur assurance serait la conséquence de leur rencontre avec les autorités civiles et militaires – 2 000 soldats et agents sans uniformes devaient d’ailleurs assurer la sécurité du rallye – mais aussi avec des responsables de l’ambassade de France à Nouakchott…

Le risque terroriste avait déjà poussé ASO, en 2007, à annuler les étapes maliennes de Néma et Tombouctou suite à des menaces de l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat algérien. Mais c’est la première fois depuis sa création en 1979 que le Dakar est purement et simplement annulé. ASO aurait pensé à une solution de secours pour éviter l’annulation, mais changer le tracé au dernier moment n’était pas facile et risquait de remettre en cause la crédibilité de l’épreuve mythique. Au final, les organisateurs ont donc joué la sécurité et, loin de se laisser les abattre, se préparent pour une édition 2009.