Le RAJEC Douala remet les pendules à l’heure

Le dimanche, un jour si cher aux chrétiens catholiques, et surtout ce dimanche 3 février 2019 n’avait pas été choisi au hasard pour organiser une journée de réflexion portant sur la redynamisation du Réseau des Anciens Jécistes de Douala (RAJEC) Douala.Cette idée découle du fait que le RAJEC de Douala, moyen de sensibilisation par excellence, né il y a plus de 20 ans, traverse des moments d’incertitude.

En effet, « même la flamme perçue les premières années semble s’estomper. Les membres ne trouvent plus la nécessité d’assister aux rencontres …. Après plus d’une décennie d’existence, le mouvement compte moins d’une cinquantaine de membres, les nouveaux n’adhèrent plus au groupe et les anciens quittent les rangs », déclare Monsieur YAHABANG KONANG Firmin, Coordinateur du Rajec de Douala.

Il s’agit donc d’une situation où les membres actifs se posent la question de savoir comment redynamiser une organisation à laquelle ils ont cru au départ, pour lui redonner sa vigueur d’avant, aux fins de la faire redevenir « une force de propositions pour l’Eglise et la société ».

Il se dégage de ces éléments relevant des termes de référence, que les responsables et les membres du Rajec Douala, sont préoccupés par le fait de voir qu’un mouvement auquel ils ont cru en s’y engageant à le faire vivre, perd sa vitesse et qu’il faille mener des réflexions pour lui redonner de vigueur.

Selon le Coordinateur YAHABANG KONANG, « nous avons décidé de marquer un temps d’arrêt, un temps de miroitage pour nous évaluer et surtout émettre des nouvelles idées et stratégies pour la construction du Rajec futur. Ainsi donc, je vous prie de rendre bénéfique ce jour en y mettant le sérieux dans le travail à faire ».

Au cours de cette rencontre à laquelle on a noté la présence de Monsieur Alain SEUDIEU, Coordinateur national du Réseau des Anciens Jécistes du Cameroun (Rajec) et à laquelle plus d’une cinquantaine de membres avaient pris une part active aux travaux en atelier et en plénière, l’expertise de Monsieur KATIHABWA Pie, Coordinateur du CODAS Caritas Douala et facilitateur du jour a été suffisamment prouvée.

Inspiré de l’évangile selon Luc 4 : 21-30, l’Abbé Albert TCHATCHOUA, Vicaire de la paroisse St Basile Le Grand de Log Pom, nous a révélés qu’ : « Aujourd’hui, le temps messianique est au milieu de nous. Dieu nous a choisis comme messagers. Nous devons le servir avec zèle. Insérons la parole de Dieu dans nos vies. Mettons tous nos projets entre ses mains. Nous saurons qu’il est Dieu. Lorsque l’amour est en nous, nous pouvons tout faire et aurons la motivation intérieure ».

Pour Monsieur NGOUNE Victor Lorage, « Le Cercle de vie de Douala (Rajec Douala), doit multiplier l’aspect spirituel, afin de maintenir la flamme  des bonnes œuvres allumée en chacun de nous ».

« Pour redynamiser, il faut être flexible. Vous ne devez pas naviguer à vue », exhorta KATIHABWA Pie

Après l’analyse des membres et de l’organisation, il ressort quelques recommandations telles que : l’élaboration, en grandes lignes, du cadre stratégique du Rajec Douala et la formulation des éléments de ce qui pourra être appelé la carte d’identité du Rajec Douala. Il s’agit en l’occurrence :

  • de la vision
  • de l’identité
  • de la mission
  • de la structuration (fonctionnement)
  • des valeurs et principes
  • d’un plan stratégique axé sur le développement et l’épanouissement du membre sur le plan spirituel, social, financier, économique et professionnel du membre.

Les participants, rassemblés dans la salle de fête de l’Orphelinat St Gérard  de Deido à Douala, ne se sont pas séparés sans émettre le vœu que les résolutions issues de cette assise  ne soient pas gardées dans les tiroirs et surtout que les dirigeants du Rajec de Douala fassent tout ce qui est à leur possible, afin que ce mouvement redore son blason d’antan.