Le projet de Constitution sénégalaise à l’origine de la démission d’un ministre

Amath Sandokho, ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, a été limogé par le président Wade qui lui reprochait ses critiques. Huit mois après l’élection de Me Wade, la  » coalition de l’Alternance  » est mise à mal par des divergences sur le projet constitutionnel.

Amath Sandokho, secrétaire général du Parti de l’indépendance et du travail (PIT) et ministre sénégalais de l’Urbanisme et de l’Habitat jusqu’au week-end dernier, est-il la première victime politique du conflit en train de se nouer entre le président de la République, Me Abdoulaye Wade, et sa majorité composite au sujet de la future Constitution ? Les propos acerbes de M. Sandokho sur des  » promesses non tenues  » sont, en tous cas, directement à l’origine de son limogeage.

Lors de sa campagne présidentielle, Me Wade s’était attiré le soutien d’une coalition hétéroclite de droite et de gauche contre le président sortant – le socialiste Abdou Diouf – en promettant que son accession au pouvoir serait suivie d’une réforme constitutionnelle profonde. L’actuel Premier ministre Mustapha Niasse, en particulier, avait marchandé ses 16,5 % de voix du premier tour en l’échange d’un programme qui devait installer un régime parlementaire à la place du système présidentiel qui prévaut depuis 1961.

Le plus sympathique

Depuis, la tension monte entre la  » coalition de l’Alternance  » et Me Wade. Le gouvernement estime avoir été tenu à l’écart de l’élaboration du projet constitutionnel qui doit être soumis aux électeurs le 7 janvier prochain. Pire, tous les partis qui forment la majorité reprochent au président de concocter un projet qui renforcera les prérogatives présidentielles. Des fuites distillées savamment depuis l’été accréditent cette inquiétude.

Dans ce contexte, la personnalité d’Amath Sandokho, unique représentant de son petit parti au gouvernement, semblait tout indiquée pour donner un coup de semonce à des alliés que le président juge trop remuants. A 63 ans, l’ancien journaliste a beau être, selon le quotidien Sud,  » l’homme le plus sympathique de notre classe politique « , il est aussi un récidiviste de la démission forcée. En 1995, le franc-parler de M. Sandokho lui avait déjà valu d’être éjecté d’un gouvernement Diouf élargi.