Le procès de l’Arche de Zoé s’ouvre en France

Le tribunal correctionnel de Créteil doit statuer, lundi, sur l’adaptation en droit français de la peine de huit ans de travaux forcés infligée aux six membres de l’Arche de Zoé pour tentative d’enlèvement de 103 enfants au Tchad, relate Le Monde. Tous étaient présents dans le box vitré sauf Nadia Merimi. Le président de l’association Eric Breteau est apparu très amaigri en raison de sa grève de la faim. Les six membres de l’ONG avaient été transférés en France, deux jours après leur condamnation au Tchad, pour y purger leur peine dans le cadre de la convention judiciaire franco-tchadienne de 1976.